vendredi 17 février 2017

Course de tortues - édition 2017

La course des tortues

Après une brève rupture, voici le retour du, peut-être, meilleur jeu de Reiner Knizia

course_des_tortues_face.jpg
 

 

 

Lors de notre première édition, nous avons déclaré : "Nous avons profité de notre expérience et des centaines de parties jouées à Oya pour faire de cette nouvelle édition l'édition définitive, celle que monsieur Knizia promènera dans sa valisette à roulettequand il voudra proposer le jeu à de nouveaux éditeurs/pays".

Et bien, nous avions tort : cette seconde édition est l'édition définitive !

Et pour cela nous avons fait quelques améliorations :

  • le symbole dans le coin des cartes est maintenant coloré. Ceci permet aux petits (et aux grands) de voir la couleur des cartes tout en les gardant serrées en éventail. 
  • nous avons encore amélioré la qualité des cartes. La course des tortues est jouée beaucoup, de manière acharnée, par des petits et des grands; il fallait la meilleure qualité de cartes possible.
  • au dos de la règle, en plus d'avoir ajouté une jolie photo de famille de tous les jeux que nous éditons, nous conseillons de coller la règle au fond du couvercle afin de ne jamais la perdre.
  • Si vous perdez la règle ou la mémoire, sur les bords intérieurs de la boîte, nous avons ajouté, d'un côté, une règle résumée, de l'autre, l'explication des cartes et leur répartition.
cdt_les_cartes.png
 

 

cdt_resume.png
 
 

enfin, au dos de la boîte, en plus de ce très beau photo-roman, nous avons rajouté une photo du jeu en place : c'est bien plus pratique pour qui veut expliquer la règle en retournant la boîte et pour ceux qui veulent avoir une vision globale du jeu.

course_des_tortues_dos.png
 

 

Pour ceux qui ne connaissent pas encore la course des tortues, relire le commentaire sur la 1ère édition sera une très bonne idée.
Et surtout, trouvez le moyen d'y jouer, vous ne serez pas déçu !

En résumé 

La course des tortues

le jeu de tactique et de bluff pour adultes de Knizia, jouable dès 5 ans.

En fait, jouable dès 3 ans grâce à l'excellente variante incluse dans la règle (elle est de nous, pas de Knizia, mais elle est tout de même excellente !)

Prix public conseillé : 24€

mercredi 11 janvier 2017

Pas de Bras - Gold édition

 
un jeu de Horst-Rainer Rosner, illustration et design de Thomas Vuarchex
Pas_de_bras_-_box.png
 

 

Voici enfin la nouvelle édition de Pas de Bras,
nous avons travaillé dur sur celle-ci et
nous espérons qu'elle sera considérée comme
l'édition définitive de Nicht die Bohne/Pas de Bras.

Pour ceux qui connaissent/aiment Pas de Bras, qu'est ce qui change :

  • Une superbe boîte, type chocolat, dorée sur la couverture. Belle et drôle avec son étiquette "Plaisir d'offrir, Joie de recevoir", 100% adapté au jeu.
  • Un intérieur au thermoformage velouté.
  • des cartes redesignées avec un logo/animal par sorte de chocolat et une lecture plus aisée.
  • un pion "Oya" superbe fait dans le même matériel que les tuiles de Mah-jong.
  • plein de détails qui font luxe et plaisir : bord de la boîte intérieure froissé, dos des cartes à croquer, petits textes rigolo un peu partout (à la Jungle Speed/Thomas Vuarchex).
Pas_de_bras_-_materiel.jpg
 

 

Mais pour ceux qui ne connaissent pas encore Pas de Bras, de quoi s'agit t'il ?

  • Chaque joueur collectionne des chocolats de différentes sortes (noir, lait, blanc, noisette) et essayent d'avoir la plus belle collection.
  • Les cartes en mains sont des cadeaux qu'il va falloir offrir aux autres joueurs.
  • À chaque tour, l'Oya propose une de ses cartes face visible et chaque autre joueur choisit une carte de sa main. Ces cartes sont révélées simultanément.
  • L'Oya choisit alors la carte d'un joueur pour l'ajouter à sa collection. Celui-ci choisit à son tour une carte parmi celles restantes jusqu'au dernier joueur qui doit prendre la carte de l'Oya et devient ainsi l'Oya pour le tour suivant.
  • Et c'est  tout.

Mais cela implique quoi ?

  • Pour recevoir de bonnes cartes, l'Oya doit proposer une carte pourrie afin que personne ne veuille être le dernier et recevoir cette carte.
  • En discutant, les joueurs peuvent se mettre d'accord sur qui prend quoi et ainsi obliger un joueur à prendre la carte qu'il redoutait.

Et pourquoi cela fonctionne t'il si bien ? 

Grâce au système de comptage :

  • chaque joueur fait la somme des points dans chaque sorte de chocolat.
  • il multiplie ce total par 2 s'il a du cacao.
  • s'il a récupéré une huile de palme, ce total est négatif, s'il en a récupéré deux, le total repasse positif (c'est l'effet "Nutella")... Mais il y a trois huiles de palme par sorte de chocolat, et la troisième refait passer en négatif
  • enfin, s'il a la carte "Pas de bras", le total est définitivement nul pour cette sorte de chocolat. Pas de bras... pas de chocolat.

Parce que nous vendons et expliquons aussi les jeux, nous avons fait le dos de la boîte afin que vous puissiez expliquer le comptage juste en montrant le dessin au dos.

Pas_de_bras_-_dos.png
 

 

Grâce à ce comptage, toute carte peut être bonne ou mauvaise suivant sa situation actuelle :

  • un 10 ou un cacao est excellent, sauf quand on a de l'huile de palme.
  • une huile de palme est a éviter, sauf quand on en a déjà une.
  • un "Pas de Bras" est a éviter... sauf quand on a un gros total négatif.

donc l'Oya et chaque autre joueur doit sans arrêt regarder la collection de chacun et ses cartes en main pour faire le meilleur choix.

Les possibilités de complots et les combos assassines sont nombreuses. voilà pourquoi nous le sous-titrons "un jeu malin et méchant".

 

Explicable en 5 minutes, inépuisable, intelligent, drôle (avec des grincements de dents), voilà pourquoi "Pas de Bras" est un vrai classique moderne.

en résumé

Pas de Bras - Gold Edition

Le beau, malin, méchant jeu de cartes de Horst-Rainer Rösner illustré magnifiquement par Thomas Vuarchex.

excellent de 3 à 6 joueurs à partir de 9 ans

Prix public conseillé : 15€

 

jeudi 5 janvier 2017

STOP édition 2017

Voici la nouvelle édition du jeu dont nous sommes le moins fier.
Stop.jpg
 

Stop est une variante du huit américain ou du Mau Mau allemand ou du Uno®

Un jeu créé par les auteurs de Solo qui ont réfléchi à comment améliorer encore leur première création.

Pour cela, il faut comprendre ce qui fait le charme et l'attrait du jeu original :

  • une règle facile : à son tour, il faut jouer la même couleur ou le même chiffre.
  • des punitions : des cartes à piocher quand on est attaqué par des cartes spéciales ou quand on oublie d'annoncer que l'on a plus qu'une carte. c'est navrant, mais il y a du plaisir à voir un adversaire piocher des cartes en nombre.
  • du suspense : même avec plus qu'une carte en main, tout peut tourner mal et on peut finir dernier.

Les défauts du jeu :

  • il peut être lent à 4 joueurs ou plus et l'on a rien à faire durant le tour des autres joueurs.
  • très peu de décisions tactiques, si ce n'est choisir si l'on joue la couleur ou le chiffre et quand on attaque.

C'est en analysant ainsi un jeu que l'on peut l'améliorer et c'est ce qu'on fait les auteurs de STOP :

  • plus de punitions : au lieu d'un ´+4', ils ont utilisés un ´+X', il faut retourner la carte suivante qui nous dit combien de cartes piocher (entre 0 et 9!). En plus, cela ajoute du suspense.
  • plus du suspense : des cartes permettent de faire tourner les mains au choix vers la droite ou la gauche, provoquant un énorme rebondissement.
  • de la rapidité : comme dans Solo, avoir la même carte que la carte posée permet de jouer immédiatement et de court-circuiter le tour d'autres joueurs. Dans STOP, en plus, le 6 et le 9 de la même couleur peuvent se court-circuiter. Maintenant, même quand ce n'est pas son tour, il faut être 100% attentif, surtout si l'on a des 6 et des 9 en main.
  • plus de tactique : le 0 (stop) d'une couleur peut être utilisé pour contrer une attaque de cette couleur. Faut-il la garder pour réussir à finir malgré les attaques adverses et ignorer l'effet ou s'en débarrasser pour diminuer sa main ?


Pour cette nouvelle édition, nous avons seulement amélioré le bord du bas de boîte en y incluant un mini résumé d'un côté et de l'autre un résumé de l'effet des cartes... Tout ce qu'il faut pour jouer même quand on a perdu la règle !

dos-gauche.jpg
 
dos-droite.jpg
 

En résumé 

STOP
On peut critiquer les vieux classiques... où les améliorer !

de 2 à 10 joueurs à partir de 6 ans

Prix public conseillé : 12€

mercredi 28 décembre 2016

Donkey Derby

Donkey Derby

Le remake "ânesque" de Favoriten, le jeu de course de chevaux de Walter Müller, nominé au Spiel des Jahres en 1990.

Donkey_derby.jpg
 
 

Une course, mais avant tout un jeu de pari et d'influence.

Un tour de jeu se divise en une phase de Pari et une phase d'Avancée.

  • Pendant la phase de Pari, chaque joueur peut choisir de placer une de ses 3 mises sur un âne.
     
  • Pendant la phase d'Avancée, l'Oya lance successivement 5 fois le dé et à chaque fois fait avancer un âne de son choix.

Puis l'Oya change pour le tour suivant.

Donkey_derby_en_place.jpg
 

Comme on peut le voir, c'est très simple. Sauf que :

  • Plus on mise tôt sur un âne, plus on gagne gros (si l'âne l'emporte).
  • Si l'on mise tôt sur un âne, les autres joueurs ne veulent plus l'avancer !
  • Si on veut faire avancer vite un âne, il faut attendre de réussir un bon jet de dé pour lui.
  • Si on attend trop, on sera forcé d'utiliser le dernier jet... qui sera peut être très mauvais.


Donkey Derby est un mélange d'excitation et de frustration, de petites joies et de petites moqueries, de rires et de grincements de dents.

c'est typiquement un jeu où le conseilleur n'est pas le payeur, mais où tout le monde conseille sans arrêt !

Une partie se joue en 4 courses pour une petite heure de jeu. Le résultat des parties précédentes influence bien entendu la manière de jouer les parties suivantes.

C'est un excellent jeu d'apéro ou de fin de soirée entre adultes, mais c'est également un excellent jeu pour des enfants dès 6 ans.

Franjos, l'éditeur, a fait le choix d'une couverture orientée enfants (contrairement à l'original "Favoriten" dont la couverture était définitivement orientée adultes). 

Favoriten.jpg
 

Dans Donkey Derby, il peut être fatal de courir 2 lièvres à la fois et Franjos a certainement eu raison de cibler un public. Espérons toutefois que Donkey Derby trouvera également le public adulte qu'il mérite.


En résumé 

Donkey Derby
Prise de risque, paris et grincements de dents dans une course d'ânes mouvementée.

jouable de 2 à 5 joueurs en moins d'une heure.

Prix public conseillé : 27€

vendredi 23 décembre 2016

Alles im Eimer

Un jeu de massacre de Stefan Dorra

 
 
Alles_im_Eimer_boite.jpg
 

voici la 3ème édition d'un classique de Stefan Dorra.

Alles_im_Eimer_avant.jpg
 

 

C'est également la plus belle et pour la première fois en 3D (les seaux ne sont plus des tuiles mais des petits seaux en plastique)
 
Alles-im-eimer-en-place.jpg
 

La règle est simple :

chaque joueur construit une pyramide devant lui et doit la défendre.

Pour commencer une attaque, l'Oya abaisse des cartes d'une couleur et annonce la somme de celles-ci.

Chaque joueur à tour de rôle doit abaisser une somme plus grande dans cette couleur.

Ceci peut durer pendant plusieurs tours de table jusqu'à ce qu'un joueur ne puisse/veuille surenchèrir et perde un seau de la couleur du combat.

Plusieurs subtilités :

  • les seaux sont en pyramide et quand on retire un seau du dessous, la pyramide peut s’écrouler.
  • à son tour, on peut jouer jusqu'à 3 cartes... mais on en piochera toujours qu'une seule. En cas d’attaques/défenses trop énergiques, le nombre de cartes en main diminue très vite !
  • de plus, quand l'on joue 2 ou 3 cartes, le sens du tour est brièvement inversé.


Ce dernier point est essentiel, nouveau et novateur (à moins que les traductions des versions précédentes ne soient passées à côté). Ceci entraîne tout un tas de stratégies nouvelles et de rebondissements.

À la vision du matériel et de la règle, on se doute déjà que le jeu va être drôle. Il est aussi tactique et fait partie de ces jeux d'apéro qui se prolongent souvent tard dans la soirée.

Avec ce nouveau matériel, une variante existe également qui conditionne les chutes de seaux aux lois de la physique et non plus de la logique : que du plaisir (et du chaos) en plus !


en résumé

Alles im Eimer  (VOST)

un classique et novateur jeu de massacre enfin en 3D

jouable de 2 à 6 joueurs à partir de 8 ans

Prix public conseillé : 38€

mardi 13 décembre 2016

Crazy Kick

un jeu de Reiner Stockhausen

Trop tard pour l'Euro, mais bien avant la Coupe du Monde, voici enfin la réédition de ce classique

Crazy_kick_-_boite_claire.png

Pour ceux qui connaissent et aiment déjà Crazy Kick, rien n'a changé :

  • même design relooké en 2011 par Franz Clemens : moderne, clair et attirant.
  • même adaption des noms de joueurs à la France d'aujourd'hui avec des noms de toutes origines (y compris en provenance d'Oya ;- ) )
  • même règle du jeu très claire et didactique comprenant un nombre non négligeable d'allemands debout dedans.

Pour les autres, il faut expliquer un peu :

Crazy Kick, originellement "Ligretto Football" est un jeu de Reiner Stockhausen, créateur également, entre autres, des excellents Siberia et Orléans.

Comme Ligretto, il part d'un classique : la Crapette rapide.

chaque joueur a une pioche dans une main et retourne, une par une, ses cartes pour les poser sur une des 3 piles qui se forment devant lui.

Au milieu de la table, La pile Terrain avec au sommet le footballeur en possession de la balle. Sur cette carte sont indiqués à quels coéquipiers il peut passer la balle et quels adversaires peuvent l'intercepter.

Si un joueur a un de ces footballeurs au sommet d'une de ses piles, il peut la poser sur le Terrain. Et ainsi de suite jusqu'à ce qu'un joueur arrive à poser une carte BUUUT sur le Terrain.

Crazy_Kick_cartes.jpg

Mais pourquoi est-ce si bien ?

  • Tout le monde joue en même temps, jusqu'à 8 joueurs, avec pas forcément le même nombre de joueurs dans chaque équipe. Se battre seul contre 3 joueurs est très motivant.
  • Le joueur qui pose une carte sur le Terrain crie en général le nom des footballeurs à qui il peut passer la balle, les adversaires crient de même et en général tout le monde se lève dans l'excitation du jeu. Comme indiqué au dos de la boîte "Crazy Kick peut se jouer assis et en silence... mais c'est rarement le cas".
  • Parmi les footballeurs se trouvent des gardiens, défenseurs, milieux, attaquants et buteurs. Chacun passant en général la balle à ceux devant eux sur le terrain. Quand un joueur retourne ses cartes et les pose sur 3 piles devant lui, il doit sans arrêt choisir comment les trier et qui il veut garder visible au sommet. Les choix sont stratégiques mais doivent être pris en un dixième de seconde si l'on veut gagner.
  • Une partie se joue en 5 buts gagnants et quand une équipe marque un but, la carte GOAL utilisée est mise de côté. Ceci équilibre naturellement le jeu et évite les 5-0 qui dégoûtent.

Le jeu mérite ses nombreux fans et malgré un thème "typé garçon" plaît à tous et toutes et est vraiment trans-générations. Ce qui est la marque d'un classique.
 

en résumé 

Crazy Kick
un jeu de foot de folie

de 2 à 8 joueurs à partir de 8 ans

Prix public conseillé : 15€

vendredi 2 octobre 2015

Le jeu aux mille titres

ou plus exactement aux 4830 titres

5 jamts.png

Comment fonctionne-t-on normalement chez Oya ?

Nous aimons beaucoup un jeu, nous l'importons et le faisons jouer à Oya. Si le jeu plaît à chaque fois, nous essayons d'en éditer une version française.

Ce n'est pas très courageux, mais ceci explique la qualité exceptionnelle des jeux que nous éditons l'orgueil est aussi fréquemment hypocrite que la modestie » Jean Rostand).

Or, événement inhabituel pour Oya : nous publions un jeu 100% inédit.

Et en plus, le premier jeu d'un « jeune » auteur : Pampuk.

Mais tant qu'à éditer pour la première fois un jeu inédit, nous avons mis les petits plats dans les grands : Avec l'aide d'une jeune street-artiste, Inti Ansa, nous avons réalisé un jeu-œœuvre d'art ou chaque boîte est différente : design différent, titre différent. Chaque boîte est unique et numérotée (en bas à droite sous le logo Oya).

Voila pour l'écrin, mais qu'en est-il du jeu ?

C'est un jeu de souvenir et d'imagination :

Sur le grand tableau représentant un paysage, des couples sont placés face cachée. A son tour, un joueur retourne deux personnages et annonce à chaque fois son nom et où il se trouve : « Le fou dans la fontaine » et « le patron en prison » par exemple. S'il a retrouvé une paire (le fou et la folle par exemple), il la récupère et rejoue. Sinon, il recache les deux personnages et son tour est fini.

A85968AA-1BE2-444E-BDE1-B3D72366701B.png

Pourquoi un jeu de souvenir et pas de mémoire ?

Parce qu'ici, chaque association d'un lieu et d'un personnage raconte une histoire, fabrique des images dans la tête. Et, quand apparaît la patronne, tout le monde se souvient que le patron est en prison, pas par sa position sur le plateau, mais bien parce qu'il l'a sûrement mérité.

Qu'apporte donc de plus le Jeu au mille titres ?

- C'est une véritable fabrique à histoires. Maintenant, quand nous le faisons jouer à Oya, après qu'un joueur annonce une association lieu/personnage, les autres joueurs lui demandent « Pourquoi ?» et les joueurs, enfants ou adultes, inventent des histoires incroyables.

- C'est une leçon de grammaire cachée pour apprendre les prépositions locatives (chez, dans, sur, sous, à…)

- C'est une source de vocabulaire pour décrire tous les lieux de la carte et tous les personnages (le plateau est bi-face : sur la face, des emplacements sont prévus pour les personnages, sur le dos, les personnages peuvent être placés n'importe où).

- C'est 3 autres façons de jouer : une pour les parents qui veulent raconter des histoires à leurs enfants, une pour les petits et une pour les plus grands qui force les joueurs, en fin de partie, à se souvenir à nouveau des histoires entendues en cours de partie.

- C'est aussi un jeu jouable avec des non-voyants, il suffit qu'un voyant participe.

Est-ce que c'est vraiment bien ?

Pour une fois, étant également créateurs, nous vous laisserons juger par vous même. Pour l'instant, la réaction des joueurs à Oya est unanimement positive et nous n'attendons plus que la vôtre.

en résumé

Le jeu aux mille titres

Un jeu, une oeuvre d'art, une source d'inspiration et d'apprentissage

de 2 à 6 joueurs à partir de 5 ans

Prix public conseillé : 30 €

La-vampire-sous-le-préau.jpg

jeudi 24 septembre 2015

Avalam d'Oya

Après avoir repris sa distribution l'année dernière, nous éditons aujourd'hui la version anniversaire :

Avalam - la boite.png

Pour être plus correct, Art or Games a conçu et édité la nouvelle version et nous en éditons la version française.

Mais cette nouvelle version est vraiment réussi :

  • une boîte, un plateau et des pions plus grand car la taille du matériel est vraiment un élément important pour apprécier ce type de jeux.
  • une boîte plus attrayante et classieuse, discrètement zébrée, donnant ainsi un petit air africain au jeu et lui offrant une filiation avec des jeux traditionnels comme l'Awalé que son nom évoquait déjà.
  • Le retour aux pions rouges et jaunes (la multitude de couleurs empêchait le jeu de prétendre à son statut de classique qu'il mérite amplement).
  • Un plateau bi-face : les trous étant traversant, on peut jouer de chaque côté. Honnêtement, on ne voit pas très bien à quoi cela peut servir, mais cela a dû simplifier le processus de fabrication.
  • La règle incluse, imprimée sur un carton plastifié, est inusable et bien plus claire et détaillée que dans la version précédente. Nous aurions bien voulu qu'elle incluse la version simplifiée conseillée par l'auteur, mais nous y reviendrons plus bas.

Et nous, qu'avons-nous fait pour l'édition française ?

Juste retoucher la boîte :

  • nous avons choisi le sous-titres : « Sachez rester au top »
  • sur le dos de boîte, nous avons inclus la règle simplifiée (en 4 phrases) absente dans la boîte. La différence : les pions au départ sont placés aléatoirement sur le plateau. Ceci accélère la mise en place et rend chaque partie complètement différente.
  • nous avons également ajouté 2/3 petites bêtises au dos de la boîte, mais nous vous laissons les chercher.

Avalam - le dos.png

Et en cadeau ici, la règle de compétition proposée par l'auteur : en début de partie, les pions sont posés à côté du plateau et chaque joueur, à son tour, en prend un, de la couleur de son choix et le place où il le désire jusqu'à remplir le plateau.

en résumé

Avalam

le classique de Philippe Deweys fait son grand retour

un jeu de stratégie pur à 2 joueurs jouable dès 6 ans.

prix public conseillé : 35 €

PS : pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Avalam, nous vous conseillons de lire cela.

et enfin, pour ceux qui aiment jouer en très grand, nous avons également quelques très beaux Avalam géants (avec 4 pions normaux au milieu pour donner l'échelle).

Avalam geant.jpg

mardi 1 septembre 2015

Glastonbury

le duel de sorciers de Günter Burkhardt est de retour

Glastonbury boite.png

A Oya, nous avons toujours été fan des jeux à deux fait pour les couples.

c'est-à-dire :

  • avec un thème qui parle à tous,
  • avec une mécanique abordable (dans un couple, il y a très souvent un moins joueur que l'autre),
  • avec une part de hasard (pour que ça ne soit pas toujours le « très » joueur qui gagne et pour vivre mieux la défaite),
  • avec de l'interaction, mais pas d'affrontement direct (parce qu'en couple, un jeu où il faut se massacrer n'est pas forcément la meilleure idée),
  • avec de la profondeur de jeu (parce qu'en couple, on va peut-être y jouer chaque soir).

Et donc, un de nos jeux favoris à faire jouer à Oya a longtemps été Kupferkessel de Gunter Bürkhard, édité par Goldsieber jusqu'en 2008 :

PastedGraphic-1.tiff

Chaque joueur essaye de remplir sa marmite avec les meilleurs ingrédients en se déplaçant autour d'un plateau formé avec les cartes Ingrédient.

À chaque tour, le sommet de sa marmite lui indique de combien de cases il doit avancer. Il doit ensuite récupérer un ingrédient sur la rangée en face de lui et l'ajouter à sa marmite (ce qui lui indique son prochain déplacement).

En fin de partie, un ingrédient en 1 exemplaire est compté en négatif, en 2 exemplaires, il ne rapporte rien, et ce n'est qu'à partir de 3 exemplaires qu'il commence à rapporter.

Simple, Subtil, Satisfaisant.

Quand Franjos à annoncé sa décision, l'année dernière, de le rééditer, nous avons sauté sur l'occasion pour enfin sortir la version française.

Coup de chance, Franjos a fait un superbe travail :

  • Le titre : Glastonbury, cité mythique et magique d'Angleterre, qui ne serait autre que l'ancienne île d'Avalon, le tombeau du roi Arthur et un site réputé pour ses sorcières.
  • Une couverture claire et lisible qui donne un air d'Harry Potter au jeu.
  • Une adaptation de la règle par l'auteur pour pouvoir y jouer à 3 ou 4 joueurs : nouvelles règles et cartes en plus.

La grosse différence de règle étant que, lors d'un déplacement, on ne saute pas les cases occupées (si vous voulez voir une partie de Glastonbury à 4 jouée avec les règles de Kupferkessel, rendez-vous ici). Après discussion avec l'auteur, il a changé cette règle pour éviter ce qui ce passe dans cette partie à 4 : en s'organisant, on pouvait maintenir un joueur dans les coins du plateau et l'empêcher ainsi de récupérer des ingrédients.

Pour la version française, qu'avons nous fait ? Pas grand chose :

  • Nous avons entièrement réécrit la règle : celle-ci est plus courte et plus claire.
  • Nous avons rajouté une variante avec l'accord de l'auteur.
  • Nous avons pré-coupé les cartes Coin (plus besoin de travaux manuels avant de jouer)
  • et nous avons bien sûr fait un dos de boîte 100% français.

Glastonbury dos.png

Enfin, bien qu'il soit parfait en couple, Glastonbury se joue aussi très bien entre enfants, en familles et entre adultes : tout le monde aime les sorciers et les chaudrons magiques.

en résumé

Glastonbury de Günter Burkhardt

un jeu pour couples idéal pour organiser des parties carrées

jouable de 2 à 4 joueurs à partir de 8 ans

prix public conseillé : 23 €

lundi 24 août 2015

Trésor des dragons

Le Memory© revisité par Knizia est de retour

En 1994, Schmidt spiele éditait Sokrates de Reiner Knizia, un formidable jeu de mémoire… peut être un peu trop formidable : on pouvait retourner autant de cartes qu'on le désire, mais chacune devait posséder la même couleur OU le même chiffre.

Il fallait se souvenir de la couleur et du chiffre de chaque carte. Génial mais épuisant pour certains.

Celui-ci ne rencontra pas le succès qu'il aurait mérité mais cela n'empêcha pas Docteur Knizia, tel le patient artisan qu'il est, de retravailler sa création.

.... pour arriver au Trésor des dragons :

On peut retourner autant de tuiles qu'on le désire, mais cette fois-ci, les objects se récupèrent en groupe de 2, 3 ou 4 tuiles. Il n'y a pas de punition à retourner différents objets (une énorme innovation), seulement si on révèle un dragon.

Cela fait que, même quand on récupère un groupe, il reste des tuiles à retourner et donc à se souvenir.

Entre bons joueurs (et adultes), la partie peut devenir assez intense, chacun essayant de révéler les tuiles qu'il a en tête au dernier moment.

Pour les enfants, le thème, le titre et le graphisme font merveille et aucun ne résiste à l'envie d'y jouer.

Après, leur excellente mémoire, malgré leur tactique parfois défaillante, en font de redoutables adversaires.

Pour cette édition Oya, nous n'avons fait que de petites améliorations :

  • boîte plus épaisse/solide.
  • tuile épaisse avec dos multicolore.
  • règle Oya sur une page recto collable dans le fond de boîte.
  • dos de boîte format roman-photo.

en résumé

Trésor des dragons de Reiner Knizia

Parce que l'on peut toujours demander plus à sa mémoire...

jouable de 2 à 5 joueurs à partir de 5 ans

Prix public conseillé : 20 €

dimanche 16 août 2015

La course des tortues

Le retour du meilleur jeu pour enfants de Knizia

course des tortus - boite.png

Nous avons profité de notre expérience et des centaines de parties jouées à Oya pour faire de cette nouvelle édition l'édition définitive, celle que monsieur Knizia promènera dans sa valisette à roulette quand il voudra proposer le jeu à de nouveaux éditeurs/pays :

  • Tortues de grande taille (de celle de la maxi course) pour faciliter la préhension.
  • Cartes de taille moyenne pour convenir parfaitement à adultes et enfants.
  • Plateau redessiné par l'illustrateur (Rolf ARVi Vogt) pour le rendre plus attrayant (c'est l'illustrateur lui-même qui nous a demandé l'autorisation de le refaire !)
  • Ajout de salades : 3 salades pour désigner le gagnant. Quand on gagne une partie, on gagne une salade. Ceci permet aux enfants de minimiser l'importance de la défaite et de refaire naturellement une nouvelle partie.
  • Règle Oya sur une page de la taille de la boîte, pouvant être collé dans le fond du couvercle (pour ne jamais la perdre).
  • Règle optionnelle "Oya" acceptée par docteur Knizia et permettant de jouer dès 3 ans et demi / 4 ans.
  • Logo revu et rajeuni.
  • Dos de boîte roman-photo qui sera peut-être enfin lu (dire que les gens lisent le dos de boîte en diagonale est une litote).

Donc, nous sommes assez fier du résultat.

course des tortues - dos.png

Pour ceux qui ne connaissent pas le jeu, c'est très simple :

  • 5 tortues en pile au départ.
  • à son tour, on joue une carte pour avancer ou reculer une tortue... et toutes celles qui se trouveraient dessus.
  • La première tortue à atteindre les salades en mange une.
  • MAIS, chaque joueur tire en début de partie une couleur et garde l'identité de sa tortue cachée.

Le jeu est rapide, tactique, drôle, plein de rebondissements et beaucoup plus subtile qu'il n'y paraît.

C'est un excellent jeu d'apéro entre adultes et peut, dans ce cas, devenir très intense.

C'est donc pour cela que la phrase descriptive inscrite au dos de la boîte semble parfaitement adaptée :

Un grand jeu de tactique et de bluff pour adultes jouable dès 5 ans (sur la boîte, une virgule se trouve après "adultes", mais nous la regrettons aujourd'hui)

en résumé

La course des tortues

le jeu qui mettra tout le monde d'accord sur le talent de Reiner Knizia

jouable de 2 à 5 joueurs dès 5 ans

Prix public conseillé : 23 €

mercredi 5 août 2015

Sauve moutons

Parce qu'à Oya on est fan depuis bientôt 20 ans, voici le retour d'un classique :

Sauve Moutons de Stefan Dorra

Saute-Moutons-3D.jpg

depuis 1996, le jeu a pas mal bourlingué, passant d'un thème à un autre, d'un titre à un autre, d'un éditeur à un autre :

evolution.jpg

mais toujours en gardant sa mécanique impeccable, que nous allons vous narrer, pour ceux qui n'y ont pas encore goûté :

- Chaque joueur a des moutons à sauver de l'inondation, pour cela, à chaque tour, il essaye d'influer sur la météo pour se retrouver avec la plus petite inondation dans son territoire.

- A la fin de chaque tour, le joueur avec la plus grande inondation perd une bouée, s'il ne lui reste plus de bouée, il flotte, s'il flottait, il coule.

Mais, comme tous les nouveaux grands jeux de cartes modernes (6 qui prend, Coloretto, Pas de bras, Linko…), c'est en jouant que l'on mesure la subtilité, le plaisir et la rejouabilité exceptionnelle.

Le jeu est en simultané comme 6 qui prend, et, comme ce dernier, a l'avantage que le perdant a l'impression de perdre par manque de chance et le gagnant de gagner par sa réflexion supérieure. Les égos ne sont pas blessés.

Mais Sauve Moutons a deux plus :

- La partie se joue en autant de manches que de joueurs et les mains des joueurs tournent entre chaque manche : à la fin de la partie, chaque joueur aura joué avec chaque main et l'on peut comparer les résultats…

- L'original « Zum Kuckuck » contenait une variante où chaque joueur, à tour de rôle, joue sa carte face visible. Le hasard diminue énormément… mais les gagnants restent souvent les mêmes. Cette variante est de retour dans Sauve Moutons.

en résumé

Sauve Moutons de Stefan Dorra

un formidable jeu de stratégie aléatoire où les meilleurs gagnent à la fin

Pour 3 à 5 joueurs à partir de 9 ans

Prix public conseillé : 12 €

jeudi 9 juillet 2015

Broom Service

Le Spiel des Jahres « Spécialiste » arrive enfin en France et en français :

Broom-Service.jpg

Chaque joueur utilise sorcières, fées, druides et cueilleurs pour produire, amasser et finalement livrer des potions magiques dans tout le royaume.

Les sorcières assurent la livraison grâce à leur balai magique, d'où le titre. Pour l'inspiration du thème, nous ne pouvons que conseiller de voir/revoir Kiki delivery service de Miyazaki.

La boîte contient un 2ème plateau de jeu et de nombreuses variantes pour corser l'affaire, mais la règle de base est simple et originale :

Pour commencer une manche, on révèle un des 7 événements qui modifie la règle et les cartes maudites (celles qui coûtent des points de victoire) puis chaque joueur choisit 4 de ses 10 cartes.

Chaque carte comprend 2 actions : une courageuse et une lâche.

L'Oya joue une de ses 4 cartes et annonce s'il est courageux ou lâche.

Les autres joueurs à tour de rôle doivent jouer la même carte, s'ils l'ont en main, et décider de même.

Seul le dernier joueur a avoir été courageux effectue l'action courageuse et devient le nouvel Oya.

Les joueurs lâches effectuent toujours leur action (mais celle-ci est nettement moins intéressante).

Au bout de 7 manches, le joueur avec le plus de points de victoire l'emporte.

C'est tout, mais les choix, les regards interrogateurs et les rebondissements sont nombreux. On doit tenir compte de :

  • la position de chacun sur le plateau.
  • des possessions de chaque joueur.
  • des cartes maudites et de l'évènement.
  • des objectifs et de la personnalité de chacun.

Par exemple :

  • Je joue en dernier, je peux être courageux, mais je vais devenir Oya… et cela ne m'arrange pas.
  • J'ai prévu tout mes déplacements, mais l'Oya ne joue pas du tout les cartes dans l'ordre que j'avais prévu… J'aurais du être Oya.
  • choisir une carte maudite m'assure une action courageuse… A moins qu'un autre joueur à fait le même calcul.''

broom-plateau.jpg

Pour moi, ce serait le parfait croisement entre Elfenland (SdJ 1998) et Adel Verpflichtet (SdJ 1990), tout en ayant une mécanique 100% originale.

La récompense du Spiel des Jahres est donc amplement méritée et ne devrait que permettre la diffusion du jeu et l'apparition de nouvelles variantes et extensions.

En résumé

Broom Service

un jeu de stratégie de Andreas Pelikan et Alexander Pfister où il faut savoir assumer sa lâcheté

Pour 2 à 5 joueurs à partir de 10 ans, jouable en 1h environ.

Prix public conseillé : 40 €

samedi 20 juin 2015

Chahut-Trésor

Chahut-Trésor : un autre finaliste du Spiel des Jahres 2015

Malgré le titre allemand, le sous-titre, le dos et la règle sont tout en français.

Vous êtes un pirate victorieux et c'est l'heure de partager le butin. Celui-ci est étalé au centre de la table.

Chaque pirate va essayer de remplir son coffre avec le maximum de trésors.

Pour cela, les pirates, simultanément, ont juste le temps d'un sablier : c'est la cohue.

Mais une fois le coffre rempli, vous n'êtes pas au bout de vos peine car Capitaine Radin réclame sa part : on retourne une planche et chaque joueur doit abandonner les trésors indiqués dessus.

Le pirate à qui il reste le maximum de trésors remporte la manche et gagne un morceau de bateau. Si vous gagnez le 4ème morceau, Capitaine Radin peut prendre sa retraite et vous cède sa frégate : vous voilà capitaine et c'est à vous de pouvoir décider la part du butin qui vous revient !

Vous l'aurez compris, le jeu est très thématique, à un matériel attrayant et demande de la motricité fine, c'est en général largement suffisant, si ce n'est nécessaire, pour être nominé au Spiel des Jahres pour enfants.

De plus, il est rapide, drôle et demande observation et jugement.

Dans sa règle de base, il est jouable dès 4/5 ans.

Pour les plus grands, il existe 2 variantes :

1/ La part de Butin de Capitaine Radin est révélée en retournant le sablier. A vous d'y jeter un oeil pour éviter de prendre des trésors réservés.

2/ Pareil que la première variante, mais si, par malheur, vous prenez un trésor de Capitaine Radin, vous subissez sa colère et êtes éliminé : ce n'est plus un oeil, mais les deux yeux qu'il faut ouvrir !

Cette 2ème variante est, en temps qu'adultes joueurs, de loin notre préféré, mais peut être un peu trop cruel pour les plus jeunes.

En résumé

Chahut-Trésor de Karin Hetling

un jeu de pirates furieux qui doivent avoir le compas dans un oeil et l'autre sur leur capitaine !

jouable de 2 à 4 joueurs à partir de 5 ans

Prix public conseillé : 29 €

mercredi 10 juin 2015

The Game - Le jeu n'est pas votre ami

The Game - Le Jeu qui va faire aimer la collaboration à tous

La règle est d'une simplicité diabolique: 98 cartes à poser sur 4 piles, 2 ascendantes, 2 descendantes.

Une seule manière d'inverser le sens d'une pile: jouer une carte exactement supérieure/inférieure de 10 à celle au sommet.

Mais le problème est que chaque joueur a des cartes en mains, doit en jouer au moins 2 durant son tour et ne peut pas révéler le contenu de sa main.

Les joueurs peuvent discuter, mais juste pour se dire des trucs comme « ne joue pas sur cette pile » ou « pas trop gros ici, s'il te plait ».

La tâche semble impossible au départ et le suspense est présent jusqu'à la dernière carte.

The-game-en-place.jpg

The Game va immédiatement plaire aux amateurs de jeux de coopération.

Mais pourquoi plaira t'il aux autres ?

En général, 2 raisons écartent certains joueurs du jeu de coopération :

- le jeu se transforme en jeu d'entreprise où un leader décide pour les autres (genre Pandémie, Scotland Yard, Andor).

- le jeu en équipe provoque des tensions devant l'inaptitude ou les reproches de ses partenaires (Hanabi, Tarot, Bridge).

The Game évite les 2 écueils :

- On ne voit pas les cartes de ses partenaires et donc on ne peut jouer pour eux: impossible d'avoir un leader.

- On ne voit pas les cartes de ses partenaires et donc on ne sait jamais s'ils auraient pu jouer mieux. Chaque joueur va progresser, mais sans les reproches de ses partenaires expérimentés en chemin.

The Game (malgré une couverture qui fait penser à un jeu pour gamers) fonctionne parfaitement avec des personnes âgées ou/et avec des enfants dès 7 ans.

En Résumé

The Game un jeu de Steffen Benndorf qui apporte le plaisir de la collaboration aux petits comme aux grands

Jouable de 1 à 5 joueur à partir de 8 ans

Prix public conseillé : 12 €

vendredi 16 janvier 2015

Antique - seconde édition

Après un an et demi d'attente, ANTIQUE est de retour,

Antique---face.jpg

Pour ceux qui ne connaissent pas ANTIQUE, il s'agit du jeu de stratégie sans hasard où chaque joueur dirige un peuple antique et l'emmène sur le voie du développement en l'aidant à construire des cités, ériger des temples, inventer de nouveaux savoirs et former une armée pour établir de nouvelles colonies et affronter les armées ennemies (vous pouvez respirer, la phrase est finie).

Le jeu était déjà un chef d'oeuvre, mais Mac Gerdts, son auteur, a travaillé presque 2 ans dessus pour l'améliorer sans le dénaturer.

Le résultat est ANTIQUE Seconde Edition où :

- Les armées n'ont plus besoin d'un déplacement pour attaquer une cité, simplifiant grandement les mouvements de troupes (et leur explication).

- Le plateau comporte des cases vides (sans cités) simulant ainsi la difficulté à traverser la Méditerranée ou les grandes chaines montagneuses.

- Des Temples sont présents sur le plateau en début de partie, incitant les joueurs à former des troupes pour les détruire (et gagner des points de victoire).

- Chaque troupe coûte 2 fers au lieu d'1, évitant ainsi la formation trop aisée d'immenses armées.

- Les savoirs disponibles ont été revus pour profiter des idées de ANTIQUE DUELLUM.

et encore 2, 3 autres petites modifications.

Ceci donne un jeu encore plus vif, plus simple à expliquer, plus équilibré dans les différentes manières de l'emporter.

De plus, avec 9 ans d'expérience, l'éditeur a progressé et la qualité graphique est remarquable.

A Oya, pour la version française, nous avons surtout mis du temps pour peaufiner la règle française. Profitant de notre expérience acquise en expliquant ANTIQUE de multiples fois, nous avons corrigé une erreur de la règle anglo/allemande et ajouté des précisions sur les cas spéciaux rencontrés à Oya et non traités dans la règle d'origine (précisions approuvés par l'auteur).

Nous avons aussi traduit et mis à jour avec amour, wikipédia et de nombreuses discutions entre nous, les notes historiques passionnantes sur les 37 personnages présents dans le jeu.

Le résultat est extraordinaire et fait d'ANTIQUE le classique absolu qu'il méritait d'être depuis sa création.

Si vous n'y avez jamais joué, vous avez de la chance, une très belle surprise vous attend.

Si vous avez déjà joué à Antique, en jouant à cette seconde édition, vous allez retrouver les bonnes sensations de son prédécesseur, mais vous allez devoir repenser vos stratégies.

Antique---dos.jpg

En résumé

ANTIQUE Seconde Edition

LE jeu de stratégie, de développement et de diplomatie sans hasard dans le monde antique

Pour 3 à 6 joueurs à partir de 12 ans (comme son prédécesseur, Antique peut se jouer à 2, mais à quoi bon quand l'excellent Antique Duellum existe).

Prix public conseillé : 55 €

mardi 9 décembre 2014

Avalam est à Oya

Le retour d'un classique :

Avalam - rose.jpg

Depuis 1996 et la première édition d'Avalam (Bitaka), nous sommes fan du jeu :

- Un matériel beau et original.

- Une règle qui s'explique en 3 minutes.

- Un jeu sans hasard pour de nombreuses stratégies et des parties toujours différentes.

Alors quand on nous a proposé de reprendre la distribution et de participer à la conception de la prochaine édition, nous n'avons pas hésité.

Pour ceux qui ne connaitraient pas encore le jeu, de quoi s'agit-il ?

Pour commencer la partie, on place tous les pions sur le plateau. On peut les alterner comme indiqué sur la règle, mais on peut également placer les pions complètement aléatoirement.

Ensuite, à son tour, un joueur prend une tour et la place au dessus d'une tour voisine, mais une tour ne peut jamais faire plus de 5 pions de haut.

Quand plus personne ne peut jouer (on ne peut pas déplacer une tour sur une case vide), le joueur qui a le plus de tours de sa couleur l'emporte (une tour appartient au joueur de la couleur du pion supérieur… mais n'importe qui peut déplacer n'importe quelle tour).

Et c'est toute la règle !

Avalam - partie.jpg

Après, il faut jouer pour se rendre compte de la richesse du jeu. En fait, surtout, il faut y jouer.

En résumé

Avalam

Un classique qui n'est pas encore assez connu, mais qui n'a pas dit son dernier mot

Pour 2 joueurs dès 6 ans en 10 minutes

Prix public conseillé : 35 €

samedi 6 décembre 2014

Adventure Tours

Une bonne surprise japonaise de fin d'année : Adventure Tours de Seiji Kanai

adventure-tours.jpg

La version européenne de Mai Star (??), sorti en 2010 à compte d'auteur.

A l'époque, Seiji Kanai avait 2 contraintes : un thème japonisant pour faire rêver les joueurs à Essen et un petit budget (rapport à l'édition à compte d'auteur).

Le résultat était excellent mais :

- le thème était un peu bizarre et pas très grand public (former des Geisha pour qu'elles aient le plus de clients possible),

- les cartes Geisha et talents/clients étaient de même format.

- les scores de chaque joueur devait être noté sur un bloc de score.

- et surtout, le fait de n'avoir que 75 cartes dans le paquet empêchait parfois de finir les manches à 4 joueurs ou plus

Adventure Tours résout tous ces problèmes :

- Chaque joueur est à la tête d'une expédition qu'il doit équiper avant de recruter des aventuriers.

- Les planches expéditions sont belles, grandes et larges, permettant de placer toutes ces recrues au dessus.

- Des pièces sont fournies pour noter le score de chacun (elles sont uniface, afin de permettre de les garder face cachée et d'éviter l'effet « tous contre un » lors de la dernière manche).

- Il y a maintenant 102 cartes Equipement/Aventurier ce qui, jusqu'à maintenant, nous a toujours permis de terminer la manche.

Sinon, que ce passe-t'il dans Adventure Tours :

- Chaque joueur essaye de gagner le plus d'argent possible en recrutant le plus et les meilleurs aventuriers.

- Chaque aventurier impose une certaine contrainte sur l'équipement de l'expédition (suffisamment de matériels, vivres ou vêtements) pour pouvoir être joué.

__- Quand on joue un équipement, on pioche.

- Quand on joue un aventurier, on réalise l'action indiqué dessus__ (et on ne pioche pas).

- La partie s'arrête dès qu'un joueur joue sa dernière carte : chaque joueur fait la somme de ses aventuriers et retranche 2 points par carte encore en main.

Et c'est vraiment tout, vous savez jouer !

(Dans l'exemple ci-dessous, le joueur a posé 4 équipements, ce qui lui a permit de rajouter 4 aventuriers à son expédition (le dernier posé lui permet de prendre le dernier équipement du joueur de son choix et de le poser chez lui). Il ne peut pas encore jouer les 3 aventuriers qu'il lui reste en main car son équipement est insuffisant.)

Adventure Tours exemple.jpg

Dès que les joueurs maîtrisent le jeu, ils peuvent jouer avec l'autre côté des planches Expédition, offrant à chacun un capital de départ différent et surtout une capacité très puissante pour cette manche (genre : l'action d'un personnage posé est joué 2 fois ou vous pouvez poser un équipement en plus à la fin de votre tour).

Le jeu n'en devient que plus nerveux et excitant.

en résumé

Le Japon devient la puissance montante du jeu de société.

Adventure Tours est un jeu très rigolo, simple, efficace et qui sait se renouveler.

Il se joue parfaitement de 2 à 6 joueurs dès 8 ans (mais sur la boîte, il est écrit à partir de 3 joueurs).

Prix public conseillé : 25 €

vendredi 14 novembre 2014

Orongo

Le gros jeu de Noël de Ravensburger est un nouveau Knizia !

orongo.jpg

ou plus exactement d'un nouveau ancien Knizia inédit !

En effet, Orongo a été confié à Ravensburger par Knizia il y a plus de 10 ans pour évaluation.

Et quand Knizia confie un jeu à un éditeur, il ne le montre plus à d'autres éditeurs.

Et voilà ce qui fait que, aujourd'hui, apparaît un jeu de l'âge d'or de Knizia (celui de Durch die Wüste de Samurai et de Euphrat & Tigris).

Et dans Orongo, on retrouve des idées de cette époque : jeu sur un plan avec occupation de territoires et gestion difficile de son agenda (so many things to do, so little time).

Qu'y a t'il de nouveau dans Orongo ? Déjà, un thème qui fonctionne : Sur l'île de Pâques, les joueurs doivent construire des Moaï. Pour cela, ils vont chercher des ressources dans l'île et les ramenent vers la côte pour ériger les statues. Mais, plus le jeu avance, plus les ressources sur l'île deviennent rares et les derniers Moaïs sont durs à construire.

Comme dans ses meilleurs simulations, Knizia ne copie pas un mécanisme, mais essaye de reproduire les sensations/problèmes rencontrés dans la réalité. Et dans ce jeu, comme sur l'île de Pâques, cette construction massive de statues gigantesques provoque la destruction de l'écosystème (avec une déforestation qui provoqua sécheresse et famine).

Tout cela avec une mécanique simplissime. Un tour de jeu, c'est juste la pose de nouvelles ressources sur l'île, puis l'allocation de droits de construction par enchère. Pendant l'enchère, seule la plus grande mise est perdue. Les mises perdues pouvant être récupérées par les joueurs ne participant pas à l'enchère.

Orongo-en-jeu.jpg

Le problème est que les coquillages qui servent de monnaie, sont aussi utilisés pour la construction, et que, petit à petit, la pénurie s'organise et les stratégies d'attrition avec elle.

En résumé

Orongo

de la stratégie, des enchères et un peu d'agressivité pour construire en premier ses Moaïs sur l'île de Pâques.

Parfait de 2 à 4 joueurs dès 10 ans.

prix public conseillé : 40 €

jeudi 13 novembre 2014

Blocks

Avec Blocks, Steffen Spiel relève le défi de faire un jeu encore plus beau que Copa :

Blocks cover.jpg

Steffen Mühlhäuser, auteur, graphiste et éditeur travaille comme un artisan (ici durant la création de Scho KO).

Steffen-Scho-KO-lr.jpg

durant le printemps, il dessine et invente des cartes de voeux animées que vous pouvez allez admirer et commander ici : baerenpresse.de

Et c'est ça qui le fait vivre.

Le reste du temps, pour le plaisir, il invente des jeux qu'il vend sur les marchés en Allemagne avec son camion et sa compagne (ce qui explique qu'ils n'aient pas de code barre (les jeux, pas le camion et la compagne !)).

steffen-au-marché.jpg

Il a longtemps pensé, comme tout le monde le lui disait, que, au dessus de 30€, c'était trop cher pour ce type de vente.

Alors il a fait plein de très bons petits jeux : Linja, Six, Karo, Scho KO…

Et puis, l'année dernière, l'idée de Copa lui plaisait tellement qu'il a tenté le coup; et ce fut un succès.

Ce qui permet aujourd'hui d'avoir Blocks, son jeu le plus lourd (1,5 kg de bois).

Et comme pour Copa, celui-ci contient plusieurs jeux :

Kwinty (de Fred Horn)

blocks_kwinty-lr.jpg

Un puissance 5 sur un mur de briques, ou il faut être le premier à créer une ligne de 5.

Une seule contrainte : on ne peut aligner deux de ses blocs par le petit côté (pour créer ainsi un ligne de 4).

Mais sinon, le jeu est « pur » comme un classique : simple, riche, beau et agréable à manipuler.

Turris (de Steffen Mühlhäuser)

__blocks_turris-lr.jpg__

Sur un tapis (pour tourner facilement la structure), les joueurs construisent une tour en essayant d'avoir la plus grande tache de sa couleur sur chaque face.

Pour que le jeu fonctionne, les contraintes sont plus nombreuses : pas plus de 3 étages en construction, pas deux blocs couchés l'un sur l'autre, pas débuter un étage par le milieu (occuper le milieu d'un étage permet de rejouer ou d'enlever un bloc adverse).

Mais, en échange, le jeu est un plaisir à jouer : La 3D se gère facilement et les choix tactiques nombreux donnent envie d'enchaîner les parties.

En résumé

Blocks

2 jeux de stratégie à 2 joueurs aussi bien à jouer qu'à regarder et toucher.

prix public conseillé : 39 €

Disponibilité : dès aujourd'hui

- page 1 de 4

Haut de page