Oya

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 2 octobre 2015, par Pampuk

Le jeu aux mille titres

ou plus exactement aux 4830 titres

5 jamts.png

Comment fonctionne t’on normalement chez Oya ?

Nous aimons beaucoup un jeu, nous l’importons et le faisons jouer à Oya. Si le jeu plaît à chaque fois, nous essayons d’en éditer une version française.

Ce n’est pas très courageux, mais ceci explique la qualité exceptionnelle des jeux que nous éditons l’orgueil est aussi fréquemment hypocrite que la modestie » Jean Rostand).

Or, événement inhabituel pour Oya : nous publions un jeu 100% inédit.

Et en plus, le premier jeu d’un « jeune » auteur : Pampuk.

Mais tant qu’à éditer pour la première fois un jeu inédit, nous avons mis les petits plats dans les grands : Avec l’aide d’une jeune street-artiste, Inti Ansa, nous avons réalisé un jeu-œuvre d’art ou chaque boîte est différente : design différent, titre différent. Chaque boîte est unique et numérotée (en bas à droite sous le logo Oya).

Voila pour l’écrin, mais qu’en est-il du jeu ?

C’est un jeu de souvenir et d’imagination :

Sur le grand tableau représentant un paysage, des couples sont placés face cachée. A son tour, un joueur retourne deux personnages et annonce à chaque fois son nom et où il se trouve : « Le fou dans la fontaine » et « le patron en prison » par exemple. S’il a retrouvé une paire (le fou et la folle par exemple), il la récupère et rejoue. Sinon, il recache les deux personnages et son tour est fini.

A85968AA-1BE2-444E-BDE1-B3D72366701B.png

Pourquoi un jeu de souvenir et pas de mémoire ?

Parce qu'ici, chaque association d'un lieu et d'un personnage raconte une histoire, fabrique des images dans la tête. Et, quand apparaît la patronne, tout le monde se souvient que le patron est en prison, pas par sa position sur le plateau, mais bien parce qu'il l'a sûrement mérité.

Qu’apporte donc de plus le Jeu au mille titres ?

- C’est une véritable fabrique à histoires. Maintenant, quand nous le faisons jouer à Oya, après qu’un joueur annonce une association lieu/personnage, les autres joueurs lui demandent « Pourquoi ?» et les joueurs, enfants ou adultes, inventent des histoires incroyables.

- C’est une leçon de grammaire cachée pour apprendre les prépositions locatives (chez, dans, sur, sous, à…)

- C’est une source de vocabulaire pour décrire tous les lieux de la carte et tous les personnages (le plateau est bi-face : sur la face, des emplacements sont prévus pour les personnages, sur le dos, les personnages peuvent être placés n’importe où).

- C’est 3 autres façons de jouer : une pour les parents qui veulent raconter des histoires à leurs enfants, une pour les petits et une pour les plus grands qui force les joueurs, en fin de partie, à se souvenir à nouveau des histoires entendues en cours de partie.

- C’est aussi un jeu jouable avec des non-voyants, il suffit qu’un voyant participe.

Est-ce que c’est vraiment bien ?

Pour une fois, étant également créateurs, nous vous laisserons juger par vous même. Pour l’instant, la réaction des joueurs à Oya est unanimement positive et nous n’attendons plus que la vôtre.

en résumé

Le jeu aux mille titres

Un jeu, une œuvre d’art, une source d’inspiration et d’apprentissage

de 2 à 6 joueurs à partir de 5 ans

Prix public conseillé : 30€

La-vampire-sous-le-préau.jpg

jeudi 24 septembre 2015, par Pampuk

Avalam d'Oya

Après avoir repris sa distribution l'année dernière, nous éditons aujourd'hui la version anniversaire :

Avalam - la boite.png

Pour être plus correct, Art or Games a conçu et édité la nouvelle version et nous en éditons la version française.

Mais cette nouvelle version est vraiment réussie :

  • une boîte, un plateau et des pions plus grands car la taille du matériel est vraiment un élément important pour apprécier ce type de jeux.
  • une boîte plus attrayante et classieuse, discrètement zébrée, donnant ainsi un petit air africain au jeu et lui offrant une filiation avec des jeux traditionnels comme l’Awalé que son nom évoquait déjà.
  • Le retour aux pions rouges et jaunes (la multitude de couleurs empêchait le jeu de prétendre à son statut de classique qu'il mérite amplement).
  • Un plateau bi-face : les trous étant traversant, on peut jouer de chaque côté. Honnêtement, on ne voit pas très bien à quoi cela peut servir, mais cela a dû simplifier le processus de fabrication.
  • La règle incluse, imprimée sur un carton plastifié, est inusable et bien plus claire et détaillée que dans la version précédente. Nous aurions bien voulu qu'elle incluse la version simplifiée conseillée par l'auteur, mais nous y reviendrons plus bas.

Et nous, qu'avons-nous fait pour l'édition française ?

Juste retoucher la boîte :

  • nous avons choisi le sous-titres : « Sachez rester au top »
  • sur le dos de boîte, nous avons inclus la règle simplifiée (en 4 phrases) absente dans la boîte. La différence : les pions au départ sont placés aléatoirement sur le plateau. Ceci accélère la mise en place et rend chaque partie complètement différente.
  • nous avons également ajouté 2/3 petites bêtises au dos de la boîte, mais nous vous laissons les chercher.

Avalam - le dos.png

Et en cadeau ici, la règle de compétition proposée par l’auteur : en début de partie, les pions sont posés à côté du plateau et chaque joueur, à son tour, en prend un, de la couleur de son choix et le place où il le désire jusqu’à remplir le plateau.

en résumé

Avalam

le classique de Philippe Deweys fait son grand retour

un jeu de stratégie pur à 2 joueurs jouable dès 6 ans.

prix public conseillé : 35€

PS : pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Avalam, nous vous conseillons de lire cela.

et enfin, pour ceux qui aiment jouer en très grand, nous avons également quelques très beaux Avalam géants (avec 4 pions normaux au milieu pour donner l’échelle).

Avalam geant.jpg

mardi 1 septembre 2015, par Pampuk

Glastonbury

le duel de sorciers de Günter Burkhardt est de retour

Glastonbury boite.png

A Oya, nous avons toujours été fan des jeux à deux fait pour les couples.

c’est-à-dire :

  • avec un thème qui parle à tous,
  • avec une mécanique abordable (dans un couple, il y a très souvent un moins joueur que l'autre),
  • avec une part de hasard (pour que ça ne soit pas toujours le « très » joueur qui gagne et pour vivre mieux la défaite),
  • avec de l'interaction, mais pas d'affrontement direct (parce qu'en couple, un jeu où il faut se massacrer n'est pas forcément la meilleure idée),
  • avec de la profondeur de jeu (parce qu’en couple, on va peut-être y jouer chaque soir).

Et donc, un de nos jeux favoris à faire jouer à Oya a longtemps été Kupferkessel de Gunter Bürkhard, édité par Goldsieber jusqu’en 2008 :

PastedGraphic-1.tiff

Chaque joueur essaye de remplir sa marmite avec les meilleurs ingrédients en se déplaçant autour d'un plateau formé avec les cartes Ingrédient.

À chaque tour, le sommet de sa marmite lui indique de combien de cases il doit avancer. Il doit ensuite récupérer un ingrédient sur la rangée en face de lui et l'ajouter à sa marmite (ce qui lui indique son prochain déplacement).

En fin de partie, un ingrédient en 1 exemplaire est compté en négatif, en 2 exemplaires, il ne rapporte rien, et ce n'est qu'à partir de 3 exemplaires qu'il commence à rapporter.

Simple, Subtil, Satisfaisant.

Quand Franjos à annoncé sa décision, l'année dernière, de le rééditer, nous avons sauté sur l'occasion pour enfin sortir la version française.

Coup de chance, Franjos a fait un superbe travail :

  • Le titre : Glastonbury, cité mythique et magique d’Angleterre, qui ne serait autre que l’ancienne île d’Avalon, le tombeau du roi Arthur et un site réputé pour ses sorcières.
  • Une couverture claire et lisible qui donne un air d'Harry Potter au jeu.
  • Une adaptation de la règle par l’auteur pour pouvoir y jouer à 3 ou 4 joueurs : nouvelles règles et cartes en plus.

La grosse différence de règle étant que, lors d’un déplacement, on ne saute pas les cases occupées (si vous voulez voir une partie de Glastonbury à 4 jouée avec les règles de Kupferkessel, rendez-vous ici). Après discussion avec l’auteur, il a changé cette règle pour éviter ce qui ce passe dans cette partie à 4 : en s’organisant, on pouvait maintenir un joueur dans les coins du plateau et l’empêcher ainsi de récupérer des ingrédients.

Pour la version française, qu’avons nous fait ? Pas grand chose :

  • Nous avons entièrement réécrit la règle : celle-ci est plus courte et plus claire.
  • Nous avons rajouté une variante avec l’accord de l’auteur.
  • Nous avons pré-coupé les cartes Coin (plus besoin de travaux manuels avant de jouer)
  • et nous avons bien sûr fait un dos de boîte 100% français.

Glastonbury dos.png

Enfin, bien qu’il soit parfait en couple, Glastonbury se joue aussi très bien entre enfants, en familles et entre adultes : tout le monde aime les sorciers et les chaudrons magiques.

en résumé

Glastonbury de Günter Burkhardt

un jeu pour couples idéal pour organiser des parties carrées

jouable de 2 à 4 joueurs à partir de 8 ans

prix public conseillé : 23€

lundi 24 août 2015, par Pampuk

Trésor des dragons

Le Memory© revisité par Knizia est de retour

En 1994, Schmidt spiele éditait Sokrates de Reiner Knizia, un formidable jeu de mémoire… peut être un peu trop formidable : on pouvait retourner autant de cartes qu'on le désire, mais chacune devait posséder la même couleur OU le même chiffre.

Il fallait se souvenir de la couleur et du chiffre de chaque carte. Génial mais épuisant pour certains.

Celui-ci ne rencontra pas le succès qu'il aurait mérité mais cela n'empêcha pas Docteur Knizia, tel le patient artisan qu'il est, de retravailler sa création.

.... pour arriver au Trésor des dragons :

On peut retourner autant de tuiles qu'on le désire, mais cette fois-ci, les objects se récupèrent en groupe de 2, 3 ou 4 tuiles. Il n’y a pas de punition à retourner différents objets (une énorme innovation), seulement si on révèle un dragon.

Cela fait que, même quand on récupère un groupe, il reste des tuiles à retourner et donc à se souvenir.

Entre bons joueurs (et adultes), la partie peut devenir assez intense, chacun essayant de révéler les tuiles qu'il a en tête au dernier moment.

Pour les enfants, le thème, le titre et le graphisme font merveille et aucun ne résiste à l’envie d'y jouer.

Après, leur excellente mémoire, malgré leur tactique parfois défaillante, en font de redoutables adversaires.

Pour cette édition Oya, nous n’avons fait que de petites améliorations :

  • boîte plus épaisse/solide.
  • tuile épaisse avec dos multicolore.
  • règle Oya sur une page recto collable dans le fond de boîte.
  • dos de boîte format roman-photo.

en résumé

Trésor des dragons de Reiner Knizia

Parce que l'on peut toujours demander plus à sa mémoire...

jouable de 2 à 5 joueurs à partir de 5 ans

Prix public conseillé : 20€

dimanche 16 août 2015, par Pampuk

La course des tortues

Le retour du meilleur jeu pour enfants de Knizia

course des tortus - boite.png

Nous avons profité de notre expérience et des centaines de parties jouées à Oya pour faire de cette nouvelle édition l'édition définitive, celle que monsieur Knizia promènera dans sa valisette à roulette quand il voudra proposer le jeu à de nouveaux éditeurs/pays :

  • Tortues de grande taille (de celle de la maxi course) pour faciliter la préhension.
  • Cartes de taille moyenne pour convenir parfaitement à adultes et enfants.
  • Plateau redessiné par l'illustrateur (Rolf ARVi Vogt) pour le rendre plus attrayant (c'est l'illustrateur lui-même qui nous a demandé l'autorisation de le refaire !)
  • Ajout de salades : 3 salades pour désigner le gagnant. Quand on gagne une partie, on gagne une salade. Ceci permet aux enfants de minimiser l’importance de la défaite et de refaire naturellement une nouvelle partie.
  • Règle Oya sur une page de la taille de la boîte, pouvant être collé dans le fond du couvercle (pour ne jamais la perdre).
  • Règle optionnelle "Oya" acceptée par docteur Knizia et permettant de jouer dès 3 ans et demi / 4 ans.
  • Logo revu et rajeuni.
  • Dos de boîte roman-photo qui sera peut-être enfin lu (dire que les gens lisent le dos de boîte en diagonale est une litote).

Donc, nous sommes assez fier du résultat.

course des tortues - dos.png

Pour ceux qui ne connaissent pas le jeu, c'est très simple :

  • 5 tortues en pile au départ.
  • à son tour, on joue une carte pour avancer ou reculer une tortue... et toutes celles qui se trouveraient dessus.
  • La première tortue à atteindre les salades en mange une.
  • MAIS, chaque joueur tire en début de partie une couleur et garde l'identité de sa tortue cachée.

Le jeu est rapide, tactique, drôle, plein de rebondissements et beaucoup plus subtile qu'il n'y paraît.

C’est un excellent jeu d'apéro entre adultes et peut, dans ce cas, devenir très intense.

C'est donc pour cela que la phrase descriptive inscrite au dos de la boîte semble parfaitement adaptée :

Un grand jeu de tactique et de bluff pour adultes jouable dès 5 ans (sur la boîte, une virgule se trouve après "adultes", mais nous la regrettons aujourd'hui)

en résumé

La course des tortues

le jeu qui mettra tout le monde d’accord sur le talent de Reiner Knizia

jouable de 2 à 5 joueurs dès 5 ans

Prix public conseillé : 23€

mercredi 5 août 2015, par Pampuk

Sauve moutons

Parce qu’à Oya on est fan depuis bientôt 20 ans, voici le retour d’un classique :

Sauve Moutons de Stefan Dorra

Saute-Moutons-3D.jpg

depuis 1996, le jeu a pas mal bourlingué, passant d’un thème à un autre, d’un titre à un autre, d’un éditeur à un autre :

evolution.jpg

mais toujours en gardant sa mécanique impeccable, que nous allons vous narrer, pour ceux qui n’y ont pas encore goûté :

- Chaque joueur a des moutons à sauver de l’inondation, pour cela, à chaque tour, il essaye d’influer sur la météo pour se retrouver avec la plus petite inondation dans son territoire.

- A la fin de chaque tour, le joueur avec la plus grande inondation perd une bouée, s’il ne lui reste plus de bouée, il flotte, s’il flottait, il coule.

Mais, comme tous les nouveaux grands jeux de cartes modernes (6 qui prend, Coloretto, Pas de bras, Linko…), c’est en jouant que l’on mesure la subtilité, le plaisir et la rejouabilité exceptionnelle.

Le jeu est en simultané comme 6 qui prend, et, comme ce dernier, a l’avantage que le perdant a l’impression de perdre par manque de chance et le gagnant de gagner par sa réflexion supérieure. Les égos ne sont pas blessés.

Mais Sauve Moutons a deux plus :

- La partie se joue en autant de manches que de joueurs et les mains des joueurs tournent entre chaque manche : à la fin de la partie, chaque joueur aura joué avec chaque main et l’on peut comparer les résultats

- L’original « Zum Kuckuck » contenait une variante où chaque joueur, à tour de rôle, joue sa carte face visible. Le hasard diminue énormément… mais les gagnants restent souvent les mêmes. Cette variante est de retour dans Sauve Moutons.

en résumé

Sauve Moutons de Stefan Dorra

un formidable jeu de stratégie aléatoire où les meilleurs gagnent à la fin

Pour 3 à 5 joueurs à partir de 9 ans

Prix public conseillé : 12€

jeudi 9 juillet 2015, par Pampuk

Broom Service

Le Spiel des Jahres « Spécialiste » arrive enfin en France et en français :

Broom-Service.jpg

Chaque joueur utilise sorcières, fées, druides et cueilleurs pour produire, amasser et finalement livrer des potions magiques dans tout le royaume.

Les sorcières assurent la livraison grâce à leur balai magique, d’où le titre. Pour l’inspiration du thème, nous ne pouvons que conseiller de voir/revoir Kiki delivery service de Miyazaki.

La boîte contient un 2ème plateau de jeu et de nombreuses variantes pour corser l’affaire, mais la règle de base est simple et originale :

Pour commencer une manche, on révèle un des 7 événements qui modifie la règle et les cartes maudites (celles qui coûtent des points de victoire) puis chaque joueur choisit 4 de ses 10 cartes.

Chaque carte comprend 2 actions : une courageuse et une lâche.

L’Oya joue une de ses 4 cartes et annonce s’il est courageux ou lâche.

Les autres joueurs à tour de rôle doivent jouer la même carte, s’ils l’ont en main, et décider de même.

Seul le dernier joueur a avoir été courageux effectue l’action courageuse et devient le nouvel Oya.

Les joueurs lâches effectuent toujours leur action (mais celle-ci est nettement moins intéressante).

Au bout de 7 manches, le joueur avec le plus de points de victoire l’emporte.

C’est tout, mais les choix, les regards interrogateurs et les rebondissements sont nombreux. On doit tenir compte de :

  • la position de chacun sur le plateau.
  • des possessions de chaque joueur.
  • des cartes maudites et de l’évènement.
  • des objectifs et de la personnalité de chacun.

Par exemple :

  • Je joue en dernier, je peux être courageux, mais je vais devenir Oya… et cela ne m’arrange pas.
  • J’ai prévu tout mes déplacements, mais l’Oya ne joue pas du tout les cartes dans l’ordre que j’avais prévu… J’aurais du être Oya.
  • choisir une carte maudite m’assure une action courageuse… A moins qu’un autre joueur à fait le même calcul.''

broom-plateau.jpg

Pour moi, ce serait le parfait croisement entre Elfenland (SdJ 1998) et Adel Verpflichtet (SdJ 1990), tout en ayant une mécanique 100% originale.

La récompense du Spiel des Jahres est donc amplement méritée et ne devrait que permettre la diffusion du jeu et l’apparition de nouvelles variantes et extensions.

En résumé

Broom Service

un jeu de stratégie de Andreas Pelikan et Alexander Pfister où il faut savoir assumer sa lâcheté

Pour 2 à 5 joueurs à partir de 10 ans, jouable en 1h environ.

Prix public conseillé : 40€

samedi 20 juin 2015, par Pampuk

Chahut-Trésor

Chahut-Trésor : un autre finaliste du Spiel des Jahres 2015

Malgré le titre allemand, le sous-titre, le dos et la règle sont tout en français.

Vous êtes un pirate victorieux et c’est l’heure de partager le butin. Celui-ci est étalé au centre de la table.

Chaque pirate va essayer de remplir son coffre avec le maximum de trésors.

Pour cela, les pirates, simultanément, ont juste le temps d'un sablier : c'est la cohue.

Mais une fois le coffre rempli, vous n’êtes pas au bout de vos peine car Capitaine Radin réclame sa part : on retourne une planche et chaque joueur doit abandonner les trésors indiqués dessus.

Le pirate à qui il reste le maximum de trésors remporte la manche et gagne un morceau de bateau. Si vous gagnez le 4ème morceau, Capitaine Radin peut prendre sa retraite et vous cède sa frégate : vous voilà capitaine et c’est à vous de pouvoir décider la part du butin qui vous revient !

Vous l'aurez compris, le jeu est très thématique, à un matériel attrayant et demande de la motricité fine, c'est en général largement suffisant, si ce n'est nécessaire, pour être nominé au Spiel des Jahres pour enfants.

De plus, il est rapide, drôle et demande observation et jugement.

Dans sa règle de base, il est jouable dès 4/5 ans.

Pour les plus grands, il existe 2 variantes :

1/ La part de Butin de Capitaine Radin est révélée en retournant le sablier. A vous d'y jeter un œil pour éviter de prendre des trésors réservés.

2/ Pareil que la première variante, mais si, par malheur, vous prenez un trésor de Capitaine Radin, vous subissez sa colère et êtes éliminé : ce n’est plus un œil, mais les deux yeux qu'il faut ouvrir !

Cette 2ème variante est, en temps qu'adultes joueurs, de loin notre préféré, mais peut être un peu trop cruel pour les plus jeunes.

En résumé

Chahut-Trésor de Karin Hetling

un jeu de pirates furieux qui doivent avoir le compas dans un œil et l'autre sur leur capitaine !

jouable de 2 à 4 joueurs à partir de 5 ans

Prix public conseillé : 29€

mercredi 10 juin 2015, par Pampuk

The Game - Le jeu n'est pas votre ami

The Game - Le Jeu qui va faire aimer la collaboration à tous

La règle est d’une simplicité diabolique: 98 cartes à poser sur 4 piles, 2 ascendantes, 2 descendantes.

Une seule manière d’inverser le sens d’une pile: jouer une carte exactement supérieure/inférieure de 10 à celle au sommet.

Mais le problème est que chaque joueur a des cartes en mains, doit en jouer au moins 2 durant son tour et ne peut pas révéler le contenu de sa main.

Les joueurs peuvent discuter, mais juste pour se dire des trucs comme « ne joue pas sur cette pile » ou « pas trop gros ici, s’il te plait ».

La tâche semble impossible au départ et le suspense est présent jusqu’à la dernière carte.

The-game-en-place.jpg

The Game va immédiatement plaire aux amateurs de jeux de coopération.

Mais pourquoi plaira t’il aux autres ?

En général, 2 raisons écartent certains joueurs du jeu de coopération :

- le jeu se transforme en jeu d’entreprise où un leader décide pour les autres (genre Pandémie, Scotland Yard, Andor).

- le jeu en équipe provoque des tensions devant l’inaptitude ou les reproches de ses partenaires (Hanabi, Tarot, Bridge).

The Game évite les 2 écueils :

- On ne voit pas les cartes de ses partenaires et donc on ne peut jouer pour eux: impossible d’avoir un leader.

- On ne voit pas les cartes de ses partenaires et donc on ne sait jamais s’ils auraient pu jouer mieux. Chaque joueur va progresser, mais sans les reproches de ses partenaires expérimentés en chemin.

The Game (malgré une couverture qui fait penser à un jeu pour gamers) fonctionne parfaitement avec des personnes âgées ou/et avec des enfants dès 7 ans.

En Résumé

The Game un jeu de Steffen Benndorf qui apporte le plaisir de la collaboration aux petits comme aux grands

Jouable de 1 à 5 joueur à partir de 8 ans

Prix public conseillé : 12€

vendredi 16 janvier 2015, par Pampuk

Antique - seconde édition

Après un an et demi d’attente, ANTIQUE est de retour,

Antique---face.jpg

Pour ceux qui ne connaissent pas ANTIQUE, il s’agit du jeu de stratégie sans hasard où chaque joueur dirige un peuple antique et l’emmène sur le voie du développement en l’aidant à construire des cités, ériger des temples, inventer de nouveaux savoirs et former une armée pour établir de nouvelles colonies et affronter les armées ennemies (vous pouvez respirer, la phrase est finie).

Le jeu était déjà un chef d’œuvre, mais Mac Gerdts, son auteur, a travaillé presque 2 ans dessus pour l’améliorer sans le dénaturer.

Le résultat est ANTIQUE Seconde Edition où :

- Les armées n’ont plus besoin d’un déplacement pour attaquer une cité, simplifiant grandement les mouvements de troupes (et leur explication).

- Le plateau comporte des cases vides (sans cités) simulant ainsi la difficulté à traverser la Méditerranée ou les grandes chaines montagneuses.

- Des Temples sont présents sur le plateau en début de partie, incitant les joueurs à former des troupes pour les détruire (et gagner des points de victoire).

- Chaque troupe coûte 2 fers au lieu d’1, évitant ainsi la formation trop aisée d’immenses armées.

- Les savoirs disponibles ont été revus pour profiter des idées de ANTIQUE DUELLUM.

et encore 2, 3 autres petites modifications.

Ceci donne un jeu encore plus vif, plus simple à expliquer, plus équilibré dans les différentes manières de l’emporter.

De plus, avec 9 ans d’expérience, l’éditeur a progressé et la qualité graphique est remarquable.

A Oya, pour la version française, nous avons surtout mis du temps pour peaufiner la règle française. Profitant de notre expérience acquise en expliquant ANTIQUE de multiples fois, nous avons corrigé une erreur de la règle anglo/allemande et ajouté des précisions sur les cas spéciaux rencontrés à Oya et non traités dans la règle d’origine (précisions approuvés par l’auteur).

Nous avons aussi traduit et mis à jour avec amour, wikipédia et de nombreuses discutions entre nous, les notes historiques passionnantes sur les 37 personnages présents dans le jeu.

Le résultat est extraordinaire et fait d’ANTIQUE le classique absolu qu’il méritait d’être depuis sa création.

Si vous n’y avez jamais joué, vous avez de la chance, une très belle surprise vous attend.

Si vous avez déjà joué à Antique, en jouant à cette seconde édition, vous allez retrouver les bonnes sensations de son prédécesseur, mais vous allez devoir repenser vos stratégies.

Antique---dos.jpg

En résumé

ANTIQUE Seconde Edition

LE jeu de stratégie, de développement et de diplomatie sans hasard dans le monde antique

Pour 3 à 6 joueurs à partir de 12 ans (comme son prédécesseur, Antique peut se jouer à 2, mais à quoi bon quand l’excellent Antique Duellum existe).

Prix public conseillé : 55€

mardi 9 décembre 2014, par Pampuk

Avalam est à Oya

Le retour d’un classique :

Avalam - rose.jpg

Depuis 1996 et la première édition d’Avalam (Bitaka), nous sommes fan du jeu :

- Un matériel beau et original.

- Une règle qui s’explique en 3 minutes.

- Un jeu sans hasard pour de nombreuses stratégies et des parties toujours différentes.

Alors quand on nous a proposé de reprendre la distribution et de participer à la conception de la prochaine édition, nous n’avons pas hésité.

Pour ceux qui ne connaitraient pas encore le jeu, de quoi s’agit-il ?

Pour commencer la partie, on place tous les pions sur le plateau. On peut les alterner comme indiqué sur la règle, mais on peut également placer les pions complètement aléatoirement.

Ensuite, à son tour, un joueur prend une tour et la place au dessus d’une tour voisine, mais une tour ne peut jamais faire plus de 5 pions de haut.

Quand plus personne ne peut jouer (on ne peut pas déplacer une tour sur une case vide), le joueur qui a le plus de tours de sa couleur l’emporte (une tour appartient au joueur de la couleur du pion supérieur… mais n’importe qui peut déplacer n’importe quelle tour).

Et c’est toute la règle !

Avalam - partie.jpg

Après, il faut jouer pour se rendre compte de la richesse du jeu. En fait, surtout, il faut y jouer.

En résumé

Avalam

Un classique qui n’est pas encore assez connu, mais qui n’a pas dit son dernier mot

Pour 2 joueurs dès 6 ans en 10 minutes

Prix public conseillé : 35€

samedi 6 décembre 2014, par Pampuk

Adventure Tours

Une bonne surprise japonaise de fin d’année : Adventure Tours de Seiji Kanai

adventure-tours.jpg

La version européenne de Mai Star (踊星), sorti en 2010 à compte d’auteur.

A l’époque, Seiji Kanai avait 2 contraintes : un thème japonisant pour faire rêver les joueurs à Essen et un petit budget (rapport à l’édition à compte d’auteur).

Le résultat était excellent mais :

- le thème était un peu bizarre et pas très grand public (former des Geisha pour qu’elles aient le plus de clients possible),

- les cartes Geisha et talents/clients étaient de même format.

- les scores de chaque joueur devait être noté sur un bloc de score.

- et surtout, le fait de n’avoir que 75 cartes dans le paquet empêchait parfois de finir les manches à 4 joueurs ou plus

Adventure Tours résout tous ces problèmes :

- Chaque joueur est à la tête d’une expédition qu’il doit équiper avant de recruter des aventuriers.

- Les planches expéditions sont belles, grandes et larges, permettant de placer toutes ces recrues au dessus.

- Des pièces sont fournies pour noter le score de chacun (elles sont uniface, afin de permettre de les garder face cachée et d’éviter l’effet « tous contre un » lors de la dernière manche).

- Il y a maintenant 102 cartes Equipement/Aventurier ce qui, jusqu’à maintenant, nous a toujours permis de terminer la manche.

Sinon, que ce passe-t’il dans Adventure Tours :

- Chaque joueur essaye de gagner le plus d’argent possible en recrutant le plus et les meilleurs aventuriers.

- Chaque aventurier impose une certaine contrainte sur l’équipement de l’expédition (suffisamment de matériels, vivres ou vêtements) pour pouvoir être joué.

__- Quand on joue un équipement, on pioche.

- Quand on joue un aventurier, on réalise l’action indiqué dessus__ (et on ne pioche pas).

- La partie s’arrête dès qu’un joueur joue sa dernière carte : chaque joueur fait la somme de ses aventuriers et retranche 2 points par carte encore en main.

Et c’est vraiment tout, vous savez jouer !

(Dans l’exemple ci-dessous, le joueur a posé 4 équipements, ce qui lui a permit de rajouter 4 aventuriers à son expédition (le dernier posé lui permet de prendre le dernier équipement du joueur de son choix et de le poser chez lui). Il ne peut pas encore jouer les 3 aventuriers qu’il lui reste en main car son équipement est insuffisant.)

Adventure Tours exemple.jpg

Dès que les joueurs maîtrisent le jeu, ils peuvent jouer avec l’autre côté des planches Expédition, offrant à chacun un capital de départ différent et surtout une capacité très puissante pour cette manche (genre : l’action d’un personnage posé est joué 2 fois ou vous pouvez poser un équipement en plus à la fin de votre tour).

Le jeu n’en devient que plus nerveux et excitant.

en résumé

Le Japon devient la puissance montante du jeu de société.

Adventure Tours est un jeu très rigolo, simple, efficace et qui sait se renouveler.

Il se joue parfaitement de 2 à 6 joueurs dès 8 ans (mais sur la boîte, il est écrit à partir de 3 joueurs).

Prix public conseillé : 25€

vendredi 14 novembre 2014, par Pampuk

Orongo

Le gros jeu de Noël de Ravensburger est un nouveau Knizia !

orongo.jpg

ou plus exactement d’un nouveau ancien Knizia inédit !

En effet, Orongo a été confié à Ravensburger par Knizia il y a plus de 10 ans pour évaluation.

Et quand Knizia confie un jeu à un éditeur, il ne le montre plus à d’autres éditeurs.

Et voilà ce qui fait que, aujourd’hui, apparaît un jeu de l’âge d’or de Knizia (celui de Durch die Wüste de Samurai et de Euphrat & Tigris).

Et dans Orongo, on retrouve des idées de cette époque : jeu sur un plan avec occupation de territoires et gestion difficile de son agenda (so many things to do, so little time).

Qu’y a t’il de nouveau dans Orongo ? Déjà, un thème qui fonctionne : Sur l’île de Pâques, les joueurs doivent construire des Moaï. Pour cela, ils vont chercher des ressources dans l’île et les ramenent vers la côte pour ériger les statues. Mais, plus le jeu avance, plus les ressources sur l’île deviennent rares et les derniers Moaïs sont durs à construire.

Comme dans ses meilleurs simulations, Knizia ne copie pas un mécanisme, mais essaye de reproduire les sensations/problèmes rencontrés dans la réalité. Et dans ce jeu, comme sur l’île de Pâques, cette construction massive de statues gigantesques provoque la destruction de l’écosystème (avec une déforestation qui provoqua sécheresse et famine).

Tout cela avec une mécanique simplissime. Un tour de jeu, c’est juste la pose de nouvelles ressources sur l’île, puis l’allocation de droits de construction par enchère. Pendant l’enchère, seule la plus grande mise est perdue. Les mises perdues pouvant être récupérées par les joueurs ne participant pas à l’enchère.

Orongo-en-jeu.jpg

Le problème est que les coquillages qui servent de monnaie, sont aussi utilisés pour la construction, et que, petit à petit, la pénurie s’organise et les stratégies d’attrition avec elle.

En résumé

Orongo

de la stratégie, des enchères et un peu d’agressivité pour construire en premier ses Moaïs sur l’île de Pâques.

Parfait de 2 à 4 joueurs dès 10 ans.

prix public conseillé : 40 €

jeudi 13 novembre 2014, par Pampuk

Blocks

Avec Blocks, Steffen Spiel relève le défi de faire un jeu encore plus beau que Copa :

Blocks cover.jpg

Steffen Mühlhäuser, auteur, graphiste et éditeur travaille comme un artisan (ici durant la création de Scho KO).

Steffen-Scho-KO-lr.jpg

durant le printemps, il dessine et invente des cartes de vœux animées que vous pouvez allez admirer et commander ici : baerenpresse.de

Et c’est ça qui le fait vivre.

Le reste du temps, pour le plaisir, il invente des jeux qu’il vend sur les marchés en Allemagne avec son camion et sa compagne (ce qui explique qu’ils n’aient pas de code barre (les jeux, pas le camion et la compagne !)).

steffen-au-marché.jpg

Il a longtemps pensé, comme tout le monde le lui disait, que, au dessus de 30€, c’était trop cher pour ce type de vente.

Alors il a fait plein de très bons petits jeux : Linja, Six, Karo, Scho KO

Et puis, l’année dernière, l’idée de Copa lui plaisait tellement qu’il a tenté le coup; et ce fut un succès.

Ce qui permet aujourd’hui d’avoir Blocks, son jeu le plus lourd (1,5 kg de bois).

Et comme pour Copa, celui-ci contient plusieurs jeux :

Kwinty (de Fred Horn)

blocks_kwinty-lr.jpg

Un puissance 5 sur un mur de briques, ou il faut être le premier à créer une ligne de 5.

Une seule contrainte : on ne peut aligner deux de ses blocs par le petit côté (pour créer ainsi un ligne de 4).

Mais sinon, le jeu est « pur » comme un classique : simple, riche, beau et agréable à manipuler.

Turris (de Steffen Mühlhäuser)

__blocks_turris-lr.jpg__

Sur un tapis (pour tourner facilement la structure), les joueurs construisent une tour en essayant d’avoir la plus grande tache de sa couleur sur chaque face.

Pour que le jeu fonctionne, les contraintes sont plus nombreuses : pas plus de 3 étages en construction, pas deux blocs couchés l’un sur l’autre, pas débuter un étage par le milieu (occuper le milieu d’un étage permet de rejouer ou d’enlever un bloc adverse).

Mais, en échange, le jeu est un plaisir à jouer : La 3D se gère facilement et les choix tactiques nombreux donnent envie d’enchaîner les parties.

En résumé

Blocks

2 jeux de stratégie à 2 joueurs aussi bien à jouer qu’à regarder et toucher.

prix public conseillé : 39 €

Disponibilité : dès aujourd’hui

mardi 16 septembre 2014, par Pampuk

Oya importateur - Le point à la rentrée

Après l’édition Oya, voici une photo de famille de tous les jeux que nous avons importés depuis le début de l’année :

parmi eux, il y a de tout.

Ceux qui n’étaient juste plus disponible en France pour des questions de Licence

- Keltis et Uluru, les amateurs apprécieront.

D’anciens jeux que nous aimions et qui sont réédités sous de nouveaux formats :

- Hexentanz, le classique de Björn Hölle de feu FX Schmid entre dans la collection « nos meilleurs jeux familiaux » chez Ravensburger. Un jeu de mémoire drôle et méchant, ce n’est pas courant.

- Bilder Jagd, la chasse aux images : un jeu de mémoire frénétique aussi drôle pour les 4 ans que pour les adultes. La tric-trac TV la plus rapide du monde est visible ici. maintenant jouable jusqu’à 4 joueurs.

- Race Through Space, la réédition « spaciale » d’une course de bateau (Up the river) puis d’une course de chameau (Marrakesh). Le jeu est toujours aussi bon : un jeu de parcours, de prise de risque et de suspense qui raconte une histoire.

- Glastonbury (ex Kupferkessel) : l’excellent jeu de sorcellerie pour deux revient en plus beau et jouable à quatre. C’est tellement bien que l’on devrait en faire une version 100% française. Vous pouvez le découvrir ici.

- Han (ex China, ex Kardinal & König) : Pour fêter les 25 d’Abacus, voici la version la plus complète d’un des jeux préférés de Monsieur Phal. Pour voir comment y jouer, c’est ici. Pour voir comment gagner, c’est là.

- 4 zu mir (ex Mes Quat’Z’Amis) : un jeu que l’on avait édité en 1998 ! une excellent variante de 7 familles très dynamique. Dans cette version, plus de plastique, que du bois et du carton.

- Limes (ex Cities) : un jeu de pose en simultanée qui revient en tout mieux : plus beau, meilleur règle, plus de possibilités. A découvrir ici.

- Kugelblitz (ex Kugelblitz : ce qui change ? Noris travaille avec les 3 Lapins (les anciens 3 magiciens) et le graphisme devient attrayant pour une boîte qui était avant le comble du ringard. Le jeu est toujours aussi bien : tous ensemble, les joueurs essayent d’emprisonner des billes dans leur pipettes selon différents critères (couleurs, chiffres ou somme).

- Stix revient inchangé après quelques années d’indisponibilité. Avec des baguettes en bois, 4 gros pions et un sous-bock dans une petite boîte carrée, on peut jouer à un jeu de stratégie, un jeu d’adresse et un jeu d’ambiance.

Des variations sur des jeux établis

- Make’n Break Circus est une variante de Make’n Break pour 2 joueurs avec des figures assez difficiles et 2 petits animaux qui s’agitent et qui créent l’ambiance Circus.

- Alles Kanone est la version « garçon » de cache tomate, le jeu de mémoire auditive de Reiner Knivia. Pour ceux qui préfèrent jouer avec des pirates plutôt que des légumes.

- Heckmeck Junior est la version junior de Pickomino et est au moins aussi agréable à jouer que l’original, sans avoir besoin d’être le roi du calcul mental.

et enfin de vraies nouveautés !

- Copa, le dernier Steffen Spiele, une boîte et un matériel superbe pour jouer à 4 jeux différents : une variante d’awélé en 2 dimensions, un jeu de mémoire, un jeu d’adresse et un jeu de bluff.

- Citrus, le dernier jeu de Jeffrey D Allers, l’auteur d’Alea Jacta Est et de Chantilly, Un très bon jeu de gestion/placement où chaque joueur essaye de faire fortune en développant ces plantations d’agrumes.

- Simsala Hopp, un jeu d’adresse et d’observation du duo magique Inka et Markus Brand. Un matériel délicieux et des fous rires en font un jeu approuvé par Oya et par Tric Trac.

- Burgenland, le « gros jeu grand public » de Ravensburger pour 2014 est également de Inka et Markus Brand, c’est un mélange simple et efficace de jeu de cartes, de gestion et de construction avec un look BD fort agréable.

- Faulpelz, le dernier jeu de Rüdiger Dorn, l’auteur de Las Vegas et d’Istanbul, est encore une fois une leçon de simplicité, d’originalité et de qualité, à découvrir ici.

- Top 5 Rummy, une variante de Rami/Phase 10 en jeu de plateau, où chaque joueur peut nuire à ses adversaires et choisir dans quel ordre il veut réaliser ses objectifs.

- Tante Trudel Trödel, un très beau jeu multilingue chez Zoch qui joue sur le poids : comment récupérer le plus d’objects possible sans dépasser le poids du cadeau de Tante Trudel. Avec une balance incorporée pour désigner le gagnant.

- Lauf Rauf est une nouvelle attaque aux classiques allemand Malefiz & Mensch ärger dich nicht, le jeu est rapide, drôle, original, simple et un peu tactique… Arrivera-t’il à détrôner les rois de la catégorie ?

- Keltis - jeu de dés, une variante très efficace du premier « Spiel des Jahres de Reiner Knizia ». On y retrouve les sensations du jeu de plateau avec le frisson du lancé de dés.

- Nauticus, le gros jeu de plateau de Kosmos pour cette année : chaque joueur dirige un chantier naval et essaye de construire la plus belle flottille. Un gros bateau rapporte bien plus, mais un bateau incomplet rien du tout…

- Linko/Abbluxen, 20 ans après 6 qui prend/6 Nimmt un nouveau classique de Wolgang Kramer. Rien à ajouter. Il faut juste y jouer pour tomber sous le charme.

- Dice Devils, un jeu de bluff et de prise de risque dans la famille de Bluff/Perudo, mais avec un thème et un matériel amusant. Et surtout, un pouvoir différent par démon/joueur à utiliser pour gagner, faire peur ou voler ses adversaires.

- Primo, la plus célèbre des réussites adaptée en jeu multi-joueurs par Wolkang Kramer. Pas un jeu très original, mais très agréable à faire partager à des non-joueurs, quel que soit leurs âges.

- Oink, un jeu de réflexe/observation où il faut compter, pousser des cris et faire des paires… Mais pas forcément dans ce sens là.

- Karolinchen, une course de vers de terre de chez Zoch où les joueurs se partagent les dés pour avancer le long d’une route de fruits. Beaucoup de chance, un peu de choix et de l’excitation pour ce jeu jouable dès 4 ans.

- Piranhas ou quand Knizia s’attaque à Ligretto/Speed. C’est toujours très simple, mais moins ! Un gros poisson mange un petit poisson de la même couleur, un Piranha mange des poissons s’il ne sont pas de sa couleur et plusieurs poissons ensemble mangent un Piranha. C’est tout, mais en simultanée et à toute vitesse.

- Cuatro, Une variante Poker de l’excellent Just 4 Fun. Le matériel en bois est très agréable et le jeu toujours aussi bon.

- Sanssouci, Un jeu de Michael Kiesling, l’acolyte de Wolfgang Kramer, mais cette fois ci en solo. Un thème original et un nom rigolo pour un jeu de stratégie qui demandera plus d’une partie pour affiner son style de jardin.

jeudi 11 septembre 2014, par Pampuk

Oya éditeur - le point à la rentrée

Oya a aujourd’hui 18 jeux à son catalogue estampillés Oya :

- Antique et Antique duellum seront à nouveaux disponibles en Octobre 2014 (le mois prochain).

- Cartagena disparaîtra à la fin de l’année, la licence récupérée par Ravensburger nous interdit de le rééditer, mais nous pourrons proposer la version Ravensburger avec qui nous sommes copain.

- Coloretto revient à la mi-septembre avec les mêmes graphismes plébiscités et avec une boîte légèrement améliorée.

- Las Vegas Boulevard, l’extension de Las Vegas est disponible : elle est excellente, mais chère. Ce qui nous fait hésiter à sortir une version française… mais vu comme nous aimons Las Vegas, nous ne renonçons pas.

- Mamma Mia a été réédité en début d’année avec un résumé de règle sur la tranche de la boîte et une tric trac TV. C’est un classique à découvrir pour ceux qui ne le connaissent pas.

- Spectaculum est définitivement le meilleur jeu boursier actuellement disponible, et en plus sur un thème moyen-âgeux. Si vous n’en êtes pas convaincu, vous pouvez ausi regarder la tric trac TV.

- Crazy Kick a très bien marché durant la coupe du monde, mais il n’y a pas de raison qu’il n’y ait pas une nouvelle compétition footballistique prochainement.

- Stop est à la fois un produit de substitution pour UNO et sa meilleure déclinaison : il se vend littéralement tout seul (nous ne le faisons jamais jouer à Oya : trop classique).

- Ricochet Robot : la nouvelle édition est l’édition ultime contenant tous les plateaux créés pour ce classique d’Alex Randolph à essayer d’urgence si vous ne connaissez pas.

- Duckomenta : la version délirante de Modern Art, détourné par le collectif Interduck. Un excellent jeu de Reiner Knizia rédécouvrable ici, et là, et là

- Siberia est l’adaption en jeu de cartes du jeu de plateau éponyme Un vrai jeu de stratégie qu’avec des cartes en moins de 20 minutes, une réussite.

- Paf la mouche : un jeu d’observation et de reflexes jouable parfaitement de deux à huit joueurs. à 8 joueurs, on se met une main dans le dos et c’est une vrai foire d’empoigne.

- Pas de bras, le jeu double M : Malin et Méchant où l’on s’offre à la fois du chocolat… et de l’huile de palme.

- Groin devant, un jeu de stratégie jouable dès 5 ans et durant des heures par des adultes. Et si l’on veut varier les plaisirs, 10 variantes sont disponibles en téléchargement.

- Bois Joli : un jeu de mémoire et de déduction de Jacques Zeimet avec un joli matériel, un joli thème, de jolies illustrations, une jolie mécanique et pas mal de bois aussi

- Chantilly : un jeu de stratégie original où les joueurs doivent littéralement se partager le gateau Le thème et le matériel sont en parfaite adéquation pour ce jeu qui ouvre l’appétit.

- Le jeu du Chat Fou : un jeu de réflexe, d’observation, de cris et de rires. Certainement le plus petit jeu (en taille) à avoir été nominé au Spiel des Jahres en Allemagne.

En résumé, que de très bons jeux, sélectionnés pour leur qualité ludique, leur durée de vie et parce qu’on s’est bien amusé avec.

Cette année, nous pouvons encore résumer toute notre gamme en une news, mais avec les nouveautés prévues pour cette automne, pas sûr que cela soit encore possible l’année prochaine…

A très bientôt.

jeudi 19 septembre 2013, par Pampuk

Vegas (version Oya)

Finaliste au Spiel des Jahres 2012 Souvent en rupture de stock aujourd’hui édité par Oya

Vegas est le plus gros succès commercial d’Alea; au point que le jeu tombe en rupture régulièrement.

à Oya, amoureux de Vegas, nous avons décidé de l’éditer et de faire ainsi d’une pierre trois coups :

1/ ajouter un jeu en or à notre gamme

2/ résoudre les problèmes de disponibilité

3/ proposer une boîte 100% française plus attrayante et une règle corrigée et clarifiée.

Mais pour ceux qui ne connaissent pas Vegas, de quoi s’agit-il ?

6 casinos, numérotés de 1 à 6, proposent chaque jour des lots à gagner.

A la fin de la journée, sur un casino, le joueur ayant le plus de dés emporte le plus gros lot, mais :

- Les joueurs à égalité s’annulent et ne gagnent rien.

- Des dés neutres (blancs) peuvent participer au concours et prendre des lots ou annuler des joueurs.

A son tour, un joueur lance tous ses dés restants (au départ 8) et décide ensuite sur quel casino il veut miser : il place alors tous les dés de la valeur correspondante à ce casino sur ce casino.

C’est tout, c’est simple, lumineux et très efficace.

Cela provoque très rapidement discussions, tensions, suspenses, alliances et rires.

On jurerait un jeu de Knizia et l’illustration est trompeuse, mais il s’agit en fait du jeu le plus accessible de Rüdiger Dorn, l’auteur entre autres de Goa, Jambo ou Arkadia.

en résumé

Las Vegas

Un jeu de dés avec tout ce que cela implique, mais pas seulement

de 2 à 5 joueurs à partir de 8 ans en 30 minutes

Prix public conseillé : 27€

jeudi 22 août 2013, par Pampuk

Coloretto

Un classique fête ses 10 ans en beauté

Aujourd’hui, la tendance est au jeu de dés (Vegas, Strike, Yay, Qwixx,…),

mais il y a 10 ans, tous les éditeurs se concentraient sur le jeu de cartes, espérant renouveler le succès de 6 qui prend, Speed ou Bohnanza.

Et Michael Schacht eu son premier succès avec Coloretto.

Un jeu de cartes à jouer sans cartes dans les mains :

Chaque joueur collectionne devant lui des caméléons de 7 couleurs différentes.

A son tour, un joueur doit choisir entre :

- tirer une carte de la pioche et la poser sur une des rangées au centre de la table.

ou - prendre une rangée au centre de la table et l’ajouter à sa collection devant lui.

Mais à la fin de la partie, chaque joueur ne compte que 3 couleurs en positif et toutes les autres en négatif !

Durant toute la partie, chaque joueur va essayer de limiter ses couleurs et d’augmenter celles de ses adversaires… Ce qui est assez rigolo.

Quelques cartes spéciales pimentent la chose, mais la règle reste d’une simplicité enfantine.

Coloretto fonctionne parfaitement de 2 à 5 joueurs et avec tous les publics : il est jouable gentiment en famille et peut réunir 3 générations, mais il peut devenir tactique et bien méchant entre « gros » joueurs.

La mécanique était tellement originale qu’elle fut reprise dans Zooloretto qui reçu le Spiel des Jahres 2007.

Pour ses 10 ans, Coloretto effectue sa mue : nouvelle boîte et nouveau graphisme chatoyant signé d’une artiste russe : Oksana Svistun.

Et juste une carte en plus : le joker doré

           

celui-ci force le joueur à rajouter à sa collection le sommet de la pioche : une bonne ou mauvaise nouvelle !

Si vous n’avez pas encore joué à Coloretto, profitez de ce remake, vous ne le regretterez-pas.

En résumé

Coloretto

Le classique qui fête ses dix ans en couleurs

jouable de 2 à 5 joueurs à partir de 8 ans

prix public conseillé : 12€

vendredi 9 août 2013, par Pampuk

Duckomenta Art

Voici le jeu idéal pour tous les amateurs de Knizia, d’Art et de Canard :

.

Pour les amateurs de Knizia

Modern Art, est le jeu d’enchères fondateur et mythique, c’est aussi le jeu qui invente le grand jeu divisé en petites manches avec des scores intermédiaires et chaque manche influençant le grand jeu.

Modern Art - card game, c’est Modern Art sans les enchères… et en mieux.

Duckomenta Art, c’est Modern Art - card game en 92 fois plus beau

Pour les amateurs d’Art

Ce sont 92 superbes œuvres d’art, de l’antiquité à l’art contemporain :

alors que Modern Art ne comportait que 5 illustrations sans intérêt.

Pour les amateurs de Canard

Parce que, en fait, il ne s’agit pas des œuvres originales, mais de détournements réalisés par Duckomenta, une entité artistique qui prouve, grâce à ces œuvres, le passage sur terre d’une civilisation canard : les Interducks !

Mais qu’apporte Duckomenta Art ?

Il prouve que le cœur de Modern Art n’était pas les enchères ! Mais que celles-ci étaient plutôt une diversion, masquant la mécanique vraiment originale du jeu :

A tour de rôle, chaque joueur expose devant lui une œuvre de sa main. Dès que la 5ème œuvre d’une époque est exposée, la partie s’interrompt et chaque joueur ayant exposé des œuvres des 3 époques les plus en vue gagne des points de victoire.

C’est tout… sauf que :

- Les points attribués à une époque se cumulent manche après manche… à condition que l’époque soit cotée durant la manche en cours.

- Sur certaines cartes, un symbole indique une action spéciale : jouer une 2ème œuvre face visible ou cachée, piocher une carte, augmenter de 2 la valeur d’une époque ou faire exposer en simultanée une œuvre à chaque joueur.

- A la fin de chaque manche, chaque joueur peut ajouter des œuvres de sa main à chaque époque exposée devant lui.

Les problématiques :

- Duckomenta art est un jeu d’influence : jouer des œuvres qui ne finissent pas cotées est un gâchis. Il faut donc imposer la tendance… ou savoir la suivre.

- Il est tentant de jouer beaucoup d’œuvres d’une époque pour s’assurer de son succès. Mais après plusieurs manches, quand la valeur d’une époque devient conséquente, il est dommage de ne plus avoir de cette époque en main.

- Le bon usage des symboles est primordial pour triompher, mais parfois il faut absolument jouer une œuvre, même quand l’on voudrait garder son symbole.

En étant bien plus dépouillé que Modern Art, Duckomenta art met en avant la part de bluff et de diplomatie qui était présente et souvent négligée au profit des enchères.

En résumé

Duckomenta Art

Un jeu moderne sur l’Art et la manière de s’en servir par Reiner Knizia.

jouable de 2 à 5 joueurs à partir de 9 ans

prix public conseillé : 20€

lundi 8 avril 2013, par Pampuk

Stop

Voici sans doute le jeu le moins original édité par Oya :

Une variante de Uno® que l’on peut jouer comme à Uno® ou au Huit américain avec les cartes Joker, +2, Passer et Inversion.

Mais qui permet aussi de jouer comme à Solo : Il existe des cartes pour faire tourner les jeux entre les joueurs et si un joueur possède la même carte que celle au centre de la table, il peut la jouer immédiatement et court-circuiter le tour d’un ou plusieurs joueurs.

Ou d’y jouer avec tout ce qu’il y a de nouveau dans Stop :



Les cartes 6 et 9 sont interchangeables : on peut court-circuiter un 6-Vert avec l’autre 6-Vert mais aussi avec n’importe lequel des 9-Vert.

Le joueur qui reçoit la carte plus X doit retourner le sommet de la pioche, puis piocher autant de cartes que la valeur de cette carte : de 0 à 9 !

La carte Echange fait tourner les jeux de chaque joueur vers la gauche ou la droite, au choix du joueur.

Et enfin la carte Stop (2 par couleur) permet d'annuler une action spéciale de la même couleur, y compris la carte Echange.

Stop a été imaginé par les mêmes concepteurs que Solo, avec comme but de rendre le jeu encore plus dynamique (d’où le 6/9 et la carte Echange), plus rigolo (la carte Plus X) et un peu plus tactique (Se débarrasser de la carte 0 ou garder la carte Stop au cas ou…)

En résumé

STOP

Un incontournable dans une version en mieux et en jaune

Pour 2 à 10 joueurs dès 6 ans

prix public conseillé : 12€

dimanche 10 mars 2013, par Pampuk

Tino Topini

voici la présentation du jeu de l’année enfants 2013 pour ceux qui ne le connaissent pas encore :

Un jeu de coopération asymétrique, c’est-à-dire "seul contre tous"

Un joueur joue les souris et essaye de piller le potager des chèvres.

Les autres joueurs jouent les chèvres et essayent d’attraper les 3 souris avant que le potager ne soit vidé.

Pour cela, les chèvres lancent, à tour de rôle, le dé et regardent sous une fane afin de débusquer une souris. Mais si elles trouvent une racine de la couleur du dé, elles sont obligées de la ramasser, vidant ainsi un peu plus leur jardin.

Si une face Souris apparaît sur un dé, le joueur souris, caché sous terre, peut retirer une racine de son choix.

Pourquoi est-ce rigolo ?

- le joueur souris manipule sous le paravent en essayant de ne pas se faire démasquer et rit sous cape lorsque les chèvres récupèrent leurs racines.

- les joueurs chèvres essayent de se souvenir où sont les fanes (© P. Juvet 1977) sans racine et les tubercules déjà vus pour les éviter tout en observant les mouvements de la souris derrière son paravent.

Enfin, les parties se terminent souvent par un suspense qui enchante tout le monde et donne envie de rejouer.

Un très bon jeu au matériel exceptionnel jouable dès 4 ans avec ses grands frères et soeurs ou ses parents.

En résumé

Tino Topini

Un jeu de chats et de souris, mais avec des chèvres à la place des chats et des racines comme enjeu

jouable de 2 à 6 joueurs à partir de 4 ans

prix public conseillé : 39€

PS: Nous avons également eu 2 jeux nominés : Strike et Indigo, si vous ne les connaissez pas encore, cliquer sur leur nom pour les découvrir.

lundi 4 février 2013, par Pampuk

Trésors des dragons & La course des tortues

Reiner Knizia a reçu deux fois le Kinder Spiel des Jahres (le jeu de l'année enfants), mais voici ces deux meilleurs jeux pour enfants :

2 jeux jouables dès 5 ans, mais qui amuseront autant les adultes.

2 jeux où un "grand" peut jouer au maximum de ses capacités et être tout de même battu par un "petit".

Comment se fait-ce ?

Trésor des dragons

c'est un jeu de mémoire, mais avec de la prise de risque en plus :

vous pouvez retourner autant de tuiles que vous le voulez et en récupérer ainsi un gros tas d'un coup.

Mais si le dragon apparaît, il faut tout recacher.

C'est un petit peu plus compliqué que ça, mais cette explication doit suffire pour comprendre que les plus forts en mémoire prennent vite de gros risques, essayent d'accumuler dans leur tête une tonne d'informations pour faire des gros coups... et ratent parfois misérablement.

Pour les petits, l'accès est facile, le thème séduisant est parfaitement approprié (la quête de jouets dans un grenier plein de dragons), le matériel est solide et manipulable aisément.

C'est un enchantement à jouer.

La course de tortues

C'est pour moi un des meilleurs jeux de Knizia, tous types de jeux confondus : c'est une course avec du bluff en plus.

5 tortues en pile au départ.

A son tour, on joue une carte pour avancer ou reculer une tortue et toutes celles qui s'accrochent au dessus. L'astuce est que la couleur de chaque joueur reste cachée, qu'être en haut d'une pile permet d'avancer rapidement et discrètement mais que la salade désirée est sur le sol, que la répartition des cartes et des cartes spéciales est parfaite et que chaque fin de partie (10 minutes) fait monter l'adrénaline.

C'est un jeu que j'ai très souvent fait jouer avec succès à des adultes (souvent sceptiques au départ), qui colle a son thème (chose rare chez Knizia) et qui est parfait pour faire jouer 3 générations ensemble.

Une règle pour 4 ans existe également, pas de Knizia, made in Oya, mais bien quand même.

Pour tous ceux qui connaissent déjà ces deux jeux, nous prêchons certainement des convertis. Mais alors, pourquoi parler d'eux aujourd'hui ?

Parce qu'après 5 ans de requêtes incessantes, Winning Moves a enfin accepté de nous laisser ces deux chefs d'œuvre : nous reprenons dès maintenant la distribution exclusive et nous proposerons en 2013 une version avec le label Oya.

On est très content.

En résumé

2 classiques de Knizia sont très heureux d'arriver chez Oya (si, si, ils nous l'ont dit).

Trésor des dragons

le jeu de mémoire avec de la prise de risque pour ceux qui sont trop jeunes pour avoir connu Socrates

jouable de 2 à 4 dès 4 ans

prix public conseillé : 20€

le jeu est 100% en français

La course des tortues

un concentré de course, de bluff, de diplomatie et d'excitation

jouable de 2 à 5 dès 5 ans

prix public conseillé : 22€

la version actuelle est la Maxi course des tortues en français (plus grande boîte, plus grand plateau, plus grosses tortues et plus grandes cartes, mais nous éditerons plus tard la version normale).

dimanche 25 novembre 2012, par Pampuk

Bois joli

Un joli jeu de Jacques Zeimet (l’auteur des Kaker Laken, entre autres), conçu et édité par Oya

Quand on a soit même tout réalisé sur un jeu, il est difficile d’ajouter quelque chose à ce qui est dit au dos de la boîte, Donc en voici un extrait ci-dessous :

Vous pouvez lire le texte à gauche, conçu avec amour. Vous pouvez admirer le jeu en place à droite, photographié et photoshopé avec respect.

Sur les 10 palets bi-face posés au centre de la table se trouvent 4 animaux de chaque sorte, mais pas forcément tous visibles. 12 tuiles Quête sont révélées une par une.

A son tour, un joueur retourne des palets pour essayer de retrouver l’animal recherché et gagner des jetons. Le joueur qui retrouve le 4ème animal, gagne tous les jetons restants et la tuile.

Un pur jeu de mémoire donc, juste assez dur, juste assez long, juste assez énervant.

Un thème charmant et qui colle au mécanisme (« il est passé par ici, il repassera par là »).

Des illustrations trop belles d’une jeune artiste plein d’avenir : Inti Ansa.

Une pincée d’humour cachée à l’intérieur.

Un matériel de qualité : des palets en bois embossés de 8mm d’épaisseur, des tuiles de 2 mm d’épaisseur, des jetons en bois dans leur sac en toile.

Une règle « Oya » imprimée sur une seule face d’une feuille de la taille de la boîte, pouvant être collée au fond de celle-ci (idéal pour les collectivités).

Une variante pour les plus grands avec prise de risque.

En résumé

Bois Joli

un très beau jeu de Jacques Zeimet dans le plus bel écrin que nous ayons pu créer

jouable par 2 à 6 joueurs dès 5 ans

prix public conseillé : 22 €

vendredi 23 novembre 2012, par Pampuk

Antique Duellum

Un jeu de conflit à 2, sans hasard, simple, riche, équilibré, bi-face ? on croît rêver :

5 ans après Antique, voici enfin la version pour deux joueurs.

Le principe reste le même : choisir son action en se déplaçant sur une roue, produire des matières premières pour recruter des troupes, construire des cités et des temples et développer son savoir. Déplacer ses troupes pour coloniser les provinces neutres puis attaquer les cités et temples adverses.

Le but : gagner 9 personnages célèbres (rois, marins, philosophes, savants et généraux) avant son adversaire en réalisant des objectifs (établir des cités, découvrir les mers, construire des temples, faire des inventions et détruire les temples adverses).

S'y ajoute :

- des casernes pour former ses recrues

- des combats simplifiés (en mieux)

- des remparts pour protéger ses cités

- des régions difficiles à traverser (les alpes…)

- des personnages historiques (Hannibal…)

- des cartes Action

Ces cartes Action sont, de loin, la plus grande nouveauté.

Elles étaient nécessaire, comme pour le jeu à 2 des colons de catan, pour apporter de la variété au jeu.

Il était à craindre qu'elles n'apportassent du chaos dans un jeu jusque là sans hasard.

Il n'en n'est rien : 3 cartes sont exposées et un joueur n'en choisit une que si son adversaire l'attaque ou gagne un personnage.

Si vous ne voulez pas que votre adversaire prenne une carte, ne l'attaquez pas !

Et s'il la prend, vous le savez et pouvez en tenir compte dans votre stratégie.

À 2, le jeu devient bien sûr plus violent (Delenda carthago), mais la partie économie et développement est conservée et s'ajoute de nouvelles contraintes de logistique et des possibilités de combos grâce aux cartes Action.

En résumé

Antique Duellum

Le jeu qui manquait à tous ceux qui ne l'avait pas

Une merveille de jeux de développement, de gestion et de guerre.

Pour 2 joueurs à partir de 12 ans

prix public conseillé : 39€

vendredi 9 novembre 2012, par Pampuk

Ricochet Robots

Le nouveau jeu « Oya » est un ancien jeu :

C’est l’histoire de quatre robots, sympathique mais un peu vieux, qui n’ont plus de freins. Pour s’arrêter, ils doivent utiliser un mur ou un autre robot.

Pour chaque mission, un robot doit se rendre le plus vite possible à un endroit désigné du plateau. Ses copains vont l’aider en se plaçant de manière à lui servir de butoir.

Tous les joueurs, assis (et souvent debout) autour du plateau, cherchent ensemble le moyen le plus rapide d’amener le robot sur son objectif. Le premier a trouver un chemin, indique le nombre de déplacements nécessaires, puis les joueurs ont une minute pour trouver mieux.

C’est une sorte de casse-tête jouable à plusieurs.

C’est un jeu de réflexion, mais qui se joue à toute vitesse.

C’est une obsession, du genre qui fait que l’on finit par se déplacer comme un robot dans son appartement.

C’est un classique d’Alex Randolph avec des fans partout dans le monde (une recherche google ou google images vous en convaincra).

un exemple en 11 coups pour amener le jaune sur le rond de sa couleur

En résumé

Ricochet Robots

Un classique d’Alex Randolph arrive en 100% VF chez Oya

Jouable de 1 à 100 joueurs dès 10 ans

prix public conseillé : 29€

jeudi 8 novembre 2012, par Pampuk

Siberia - le jeu de cartes

Voici notre deuxième jeu Oya de l’année (après Spectaculum),

De temps en temps, un nouveau mécanisme est inventé et invite à la déclinaison : - les dés productions aux colons de Catan, - la roue des actions d’Antique, - Les rangées de cartes de Coloretto…

L’idée originale de Siberia, le jeu de plateau, est riche en possibilité : Chaque carte comporte 2 actions et il faut 2 cartes avec la même action pour pouvoir l’effectuer.

Le but est le même que le jeu de plateau : engager des travailleurs, faire appel à des investisseurs, trouver les meilleurs traders, produire un maximum et vendre au meilleur prix.

- Chaque travailleur permet de produire plus.

- Chaque investisseur permet d’économiser ses cartes.

- Chaque trader permet de valoriser ses productions.

A son tour, un joueur n’effectue qu’une action (en jouant 2 cartes). Ceci donne des parties au rythme endiablé où la crainte de se faire piquer sous le nez les 3 charbons que l’on convoitait est omniprésente.

Vitesse, choix stratégique, frustation… Ceci est déjà suffisant pour faire un bon jeu de cartes.

Mais Siberia a quelque chose en plus : à chaque partie, on pense avoir compris comment faire pour gagner à tous les coups. On essaye... et ça rate ! Mais cette fois ci, on a compris…

En résumé

Sibéria - jeu de cartes

un jeu de stratégie et de gestion, qu’avec des cartes. un jeu de cartes rapide, avec de la stratégie et de la gestion dedans.

Jouable de 2 à 4 joueurs dès 9 ans en 20 minutes

Prix public conseillé : 18€

samedi 25 août 2012, par Pampuk

Spectaculum

Le nouveau Knizia édité par Oya : une folie financière dans le monde du spectacle

4 troupes de saltimbanques se déplacent dans un royaume dont nous tairons le nom.

En tant que mécène, vous les financez, vous bénéficiez de leur réussite et influez sur leur destin.

Spectaculum est un croisement improbable entre « Palmyra » , le premier jeu boursier de Knizia, et « Durch die Wüste », le jeu de caravane à la recherche de gains dans le désert.

A votre tour, vous pouvez parrainer ou congédier 1 ou 2 artistes en payant la valeur actuelle de leur troupe respective.

Puis vous placez les jetons que vous avez en main pour faire avancer les 4 troupes dans le royaume :

En déplaçant les troupes, vous atteignez des villages qui provoquent une variation de valeur de la troupe ou le paiement de primes (positives ou négatives).

Le plateau est composé aléatoirement en début de partie, mais tout est posé face visible, donc vous avez toutes les informations nécessaires pour faire fortune.

La part de hasard ? Les 3 jetons que vous tirez à la fin de votre tour et le comportement de vos adversaires.

Spectaculum est un jeu enlevé, accessible à tous.

Les néophytes, les enfants et leurs aïeux y verront un jeu d’argent rigolo avec tout plein de personnage amusants.

Les amateurs de Knizia y retrouveront la patte du maître : une très belle simulation boursière fonctionnant aussi bien à 2 qu’à 3 ou 4.

A deux, la stratégie est très importante et bien observer et utiliser la configuration du royaume est essentiel.

A quatre, savoir influencer le marché (ses adversaires) devient aussi important que ses choix tactiques et stratégiques. Vouloir aller seul contre le marché nécessite d’avoir les reins très solides (se construire une position en or sur le plateau).

En résumé

Spectaculum

Une simulation boursière moyenageuse de Reiner Knizia pour 2 à 4 joueurs à partir de 8 ans

Jouable en 30 à 45 mn

Prix public conseillé : 29€

vendredi 25 mai 2012, par Pampuk

Magnum Sal

Un grand jeu de stratégie pour la plus grande et plus vieille mine de sel d’Europe

Wieliczka en Pologne, 300 km de Galeries souterraines, une église à 100m sous terre, un sanatorium à 200m sous terre, une mine créée au 13e siècle et toujours en exploitation (si cela excite votre curiosité, un petit tour sur sa page Wikipédia s’impose (il y à même des sculptures de nains dessus)).

Il était donc logique qu’un éditeur polonais s’inspire de ce thème pour proposer un jeu très original.

D’abord au niveau du plateau :

  • la mine se constitue à partir d’un trou au bas du plateau; un puit et des galeries horizontales. Bien entendu, plus on va en profondeur, meilleur est la qualité du sel, mais tout est à découvrir et l’eau inonde fréquemment les galeries.
  • le village contient les différents lieux où les joueurs pourront recruter des mineurs, obtenir des privilèges, pomper l’eau des galeries, acheter ou vendre leurs sels et enfin, réaliser les commandes royales : le meilleurs moyen pour s’enrichir.

La mécanique du jeu est simple et efficace : à son tour, un joueur réalise 2 actions dans la mine ou dans le village. Il peut y renoncer pour reposer ses mineurs.

D’où vient l’originalité ?

Dans la mine :

  • il faut faire une chaîne continue de mineurs, et on ne peut casser une chaîne même quand on a besoin de son mineur.
  • Il faut remonter le sel jusqu’à la surface, et chaque case à traverser rapporte un grosz (c’est un sou polonais) à son occupant. S’il y a plusieurs occupants, on choisit à qui l’on donne son grosz.
  • La mine est souvent inondée et si on ne pompe pas, extraire du sel est beaucoup plus pénible.

Dans le village :

  • Chaque bâtiment peut recevoir un assistant, l’assistant gagne un grosz à chaque fois que le bâtiment est utilisé, mais placer un assistant prend une action et un homme.
  • Il faut faire la queue à la cour du roi, et un joueur doit souvent placer un homme avant d’avoir récupéré les sels nécessaires à la commande royale. Tout devrait bien se passer, mais si vous arriver devant le roi sans avoir de commande réalisable, malheur à vous.

Le reste du village comporte plein de petites mécaniques intéressantes inspirées des meilleurs jeux récents :

  • L’offre et la demande sur le marché fluctuent habilement grâce à la pose des matériaux sur les cases.
  • Plus on attend, plus le coût d’embauche est important.
  • Pomper une première fois est gratuit, après c’est « plus de grosz pour plus pomper ».
  • Le prix des privilèges varie comme celui des acteurs dans Showmanager : l’achat d’un privilège fait baisser le coût de tous les autres.
  • Il est interdit d’aller 2 fois dans le même bâtiment durant son tour (et pourtant, c’est drôlement tentant).

D’où vient le plaisir ?

  • Le plaisir du manager : "si peu de temps, tant de choses à faire » : le dicton est toujours valide.
  • Le plaisir du combo-lover : Les privilèges obtenus et utilisables une fois par saison permettent des combinaisons surprenantes et très satisfaisantes.
  • Le plaisir du percepteur (cf Monopoly) : Les grosz gagnés quand un joueur utilise vos mineurs pour remonter son sel ou utilise un bâtiment muni de votre assistant.
  • Le plaisir de la photo finish : même si un joueur, de part son talent, gagne largement, cela n’est visible qu’à la fin de la partie et l’excitation des joueurs dans les derniers tours est palpable.

Magnum Sal est un très bon jeu de stratégie qui était passé jusqu’à aujourd’hui inaperçu. Ili devrait plaire à tous les amateurs de Stefan Feld, de 7 Wonders ou de l’âge de pierre.

En espérant que sa nouvelle disponibilité lui apporte une reconnaissance qu’il mérite.

En résumé

Magnum Sal

Un jeu de gestion, d’extraction et de commerce polonais pour devenir le Krolewski Zupnik (réprésentant royal)

Jouable de 2 à 4 joueurs en une à deux heures

Version anglo-polonaise avec règles françaises incluses.

Prix public conseillé : 38€

samedi 5 mai 2012, par Pampuk

Siberia

Un jeu rafraîchissant et original de Reiner Stockhausen, l’auteur de Crazy Kick

Un jeu de gestion sur un thème actuel : l’exploitation et l’épuisement des ressources naturelles.

Les joueurs doivent faire des recherches de nouvelles ressources pour les exploiter et les revendre sur les marchés mondiaux au meilleur prix.

Le point fort de Siberia est sa très belle mécanique :

Sur la carte de la Sibérie, les ouvriers arrivent à Vladivostok et se déplacent pour atteindre les régions où il pourront produire (prendre les ressources d’un type et les envoyer dans une bourse en bas du plateau où se trouve un de ses collègues pour les vendre).

Mais :

- Les réserves ne sont pas illimitées.

- Une région vidée de ses ressources est condamnée et les ouvriers présents doivent rentrer chez eux. - Chaque bourse offre des prix de vente différents et on ne peut pas être partout.


Chaque joueur a devant lui un panneau de contrôle et reçoit en début de chaque tour 6 jetons. Chaque jeton (à part les managers gris) porte 2 actions : produire une matière première ou faire travailler ses hommes. Les joueurs placent simultanément leurs jetons sous ou sur leur plateau : - Chaque jeton sous le plateau permettra de prospecter (récuperer une ressource en haut du plateau et la placer dans une région) - 2 jetons sur une action l'active puis sont remis dans le sac à jetons. - Les 5 actions de droite permettent de produire les matières indiquées. - Les actions de gauche permettent de déplacer ses ouvriers, d’en engager et de déplacer ses hommes sur les places boursières. - 2 managers (gris) remplacent n’importe quel jeton. - 2 Investisseurs (rouge) permettent de récupérer un jeton hexagonal : c’est comme un jeton normal, mais il n’est jamais remis dans le sac à jetons, c’est pratique.

Mais : - il faut à chaque fois choisir quel partie des jetons utilisée. - Il faut choisir dans quel ordre réaliser ses actions car d’autres joueurs peuvent vous faucher l’herbe sous le pied. - prospecter peut profiter aux autres, mais ne pas prospecter peut condamner vos régions. - Investir semble rentable, mais fait perdre un temps précieux. - On peut conserver des jetons pour le tour suivant, mais cela empêchera peut-être d’en placer de nouveaux.

''Dans cet exemple, le joueur doit prospecter et placer un pétrole et un or sur le plateau. puis il transforme ses 2 managers gris en un investisseur rouge. Avec ses 2 investisseurs, il récupère un hexagone gaz (rose). Ensuite grâce à ses 2 travailleurs (verts), il place un travailleur à Vladivostok. Enfin, avec les 2 jetons Or il peut produire et vendre de l’Or grâce à ses travailleurs en Sibérie. Il garde les 2 jetons production de gaz pour plus tard…''

La partie s’arrête quand trop de régions sont condamnés ou quand 3 matières premières sont épuisées.

Jouer avec ces conditions de fin de partie est aussi une clé de la victoire.

Les choix tactiques et stratégiques sont nombreux pour une mécanique de jeu simple et fluide. Le thème est bien exploité et le côté écologique est intéressant sans être appuyé.

En résumé

Siberia

Un très bon jeu d’exploitation stratégique qui ne donne pas vraiment envie d’aller en vacances en Sibérie.

Jouable dès 10 ans aussi bien à 2, 3 ou 4 joueurs, et cela en une heure.

Prix public conseillé : 46€

mardi 27 mars 2012, par Pampuk

Indigo

La nouveauté Ravensburger/Knizia taillée pour le jeu de l'année :

Un saphir, des émeraudes et de l’ambre sont placés sur le plateau.

Chaque joueur à tour de rôle tire une tuile et la pose sur le plateau en essayant de ramener les pierres vers ses portes.

Et tout cela serait tout simple, mais :

* On ne tire jamais la tuile que l’on voudrait et s’approcher trop près d’une porte pourrait profiter à un adversaire.

* à 2 joueurs, chaque joueur à 3 portes (3 bords du plateaux), mais à 3 ou 4 joueurs, les portes sont bicolores et le jeu se transforme en jeu de diplomatie et de coopération.

* Si 2 pierres se rencontrent, elles explosent et disparaissent du plateau : la solution adoptée quand on voit que ces pierres ne pourront passer nos propres portes.

Indigo est simple, immédiat, satisfaisant, attire l’oeil et plait à tous les âges, à tous les sexes connus et à tous types de joueurs (confirmés comme néophytes).

Si cela n’en fait pas un candidat idéal pour le Jeu de l’année...

En résumé

Indigo

Le jeu beau, intelligent et facile à jouer de Reiner Knizia

Pour 2 à 4 joueurs à partir de 8 ans en une demi-heure

Prix public conseillé : 32€

mercredi 21 mars 2012, par Pampuk

Strike

Pas un jeu de dés, un jeu de lancé de dés :

Les dés sont répartis entre les joueurs, la boîte forme l’arène avec un fond en mousse.

Qui sera le dernier combattant encore en lice ?

A son tour, chaque joueur lance un par un autant de dés qu’il le désire :

- Il peut cogner les dés pour en changer la valeur.

- Si un dé sort de l’arène ou arrive sur sa face « croix », il est retiré immédiatement du jeu.

- Si plusieurs dés indiquent la même valeur, le joueur récupère tous ces dés et son tour s’arrête.

C’est tout, mais c’est incroyablement efficace.

Il y a du stop ou encore dedans, de l’adresse et de la chance.

Mais surtout, il y a beaucoup de fun et il est quasiment impossible d’arrêter une partie en cours : jusqu’à aujourd’hui, j’ai toujours terminé les parties de démonstration commencé. Pour moi, c’est vraiment la meilleure assurance quand à la qualité ludique d’un jeu.

Et le jeu, en plus de scotcher les joueurs, attire le badaud. Et il n’est pas rare de finir une partie avec plus de spectateurs que de joueurs.

Ravensburger semble partie pour réussir sa plus belle année depuis longtemps : Indigo, Connections, Tempo kleine Fische, Lucky Numbers, Strike… Et il reste encore les nouveautés Alea (Vegas et Saint Malo) et la traditionnelle nouveauté de septembre : un grand millésime.

Ah, j’oublié la petite règle qui change tout : Si un joueur parvient à vider l’arène, le joueur suivant doit lancer tout ses dés en même temps. Il ne se fera pas forcément éliminer à cause de cela, mais la moue du joueur concerné, le frisson au moment du jet de la poignée de dés font le plaisir des autres joueurs et du public : définitivement, une grande idée ludique.

En résumé

Strike

Le jeu de lancé de dé irrésistible

Pour 2 à 5 joueurs à partir de 8 ans en un quart d'heure

Prix public conseillé : 20€

dimanche 11 mars 2012, par Pampuk

Take it Easy, Fits, Bits, Connections : la descendance

Aujourd’hui, un petit peu d’histoire :

Take it Easy

En 1994 sortait chez FX Schmid Take it Easy, un jeu de Peter Burley qui est rapidement devenu un classique.

Le principe est simple, c'est celui du Loto : un joueur tire un hexagone et annonce les valeurs indiquées dessus. Chaque joueur prend cette même pièce de son stock et doit la placer sur son plateau pour essayer de former des lignes unicolores (chaque chiffre équivaut à une couleur). Quand les plateaux sont pleins, chaque joueur compte ses lignes complètes et le plus grand score emporte la manche.

La mécanique est simple, mais très addictive. Comme pour une bonne réussite, on peste contre la malchance, on peste contre ses erreurs et on a envie de rejouer.

Le jeu se prête très bien à la pratique solitaire, mais est surprenament amusant en groupe; une ambiance de bingo se crée : les joueurs réclament un tirage, crient leur joie, hurlent leur détresse.

De plus, de part la nature du jeu, on peut ajouter des boîtes pour un nombre illimité de joueurs : on a vu à Oya des cafés, des ludothèques, des maisons de retraite venir en chercher en nombre pour animer leur lieu, des familles organiser des parties à 30 pour un anniversaire, des municipalités organisaient des tournois inter-écoles.

FX Schmid fut racheté par Ravensburger en 1997, mais ils ne virent pas tout de suite la pépite qu'il venait d'acquérir (le jeu tomba souvent en rupture, preuve d'un manque de foi dans les ventes). Mais le jeu s'installa doucement jusqu'à entrer dans la collection "les classiques Ravensburger" et à provoquer l'apparition de jeux dans la même famille, jeux tous inventés par Knizia, l'auteur capable de créer sous contrainte de très grand jeux (la marque du génie).

Cela commence en 2010 avec :

Fits

la mécanique est la même, mais le tableau est incliné et les pièces, format Tetris, doivent être placées pour former des lignes, laisser apparaître certaines cases, en cacher d'autres... 4 plateaux sont proposés et de nouveaux se créent facilement. Le succès est au rendez-vous et dès l'année suivante apparaissent la version de voyage

et Bits :

Le plateau est toujours incliné et cette fois-ci les pièces sont des dominos bicolores, une partie se joue en plusieurs manches et les objectifs de chaque manche se cumulent. Par exemple : former des carrés unicolores, puis éviter les couleurs isolées, puis essayer aussi de former un U...

Le plaisir et le succès est à nouveau au rendez-vous et en 2012 sortent la version de voyage

et Connections

Le plateau est plat, les tuiles carrés comportent un certain nombre de canalisations de 2 tailles différentes. Le but est de former un réseau cohérent en respectant les tailles de tuyaux et en atteignant les bords numérotés. une pièce qui ne peut être placée doit être retournée (face orangina) et placer sur le plateau pour bloquer une case. A la fin, chaque joueur fait la somme des objectifs atteints et soustrait le nombre de tuiles face orangina.

les faces orangina

Tous ces jeux, très différents dans les stratégies à adopter, respectent la formule de Take it Easy. Ceux sont des incontournables quand on cherche des jeux pour faire jouer plusieurs générations ensemble ou pour accomoder des joueurs avec des « moi j'aime pas jouer ».

Résumé

Take it Easy

Le père fondateur du loto intelligent

jouable des 6 ans, jusqu'à 6 joueurs par boîte

prix public conseillé : 25€

Fits

Le jeu qui transforme Tetris en réussite stratégique

jouable dès 7 ans, jusqu'à 4 joueurs par boîte

prix public conseillé : 32€

Fits compact

Le jeu de bingo stratégique avec des pièces de Tetris en carton

jouable dès 7 ans, jusqu'à 4 joueurs par boîte

prix public conseillé : 11€

Bits

Le jeu de bingo de domino de stratégie de couleurs qui se complique manche après manche

jouable dès 7 ans, jusqu'à 4 joueurs par boîte

prix public conseillé : 32€

Bits compact

Le Bits en plus petit, plus rapide et plus nerveux

jouable dès 7 ans, jusqu'à 4 joueurs par boîte

prix public conseillé : 12€

Connections Le jeu de loto avec des tuyaux qui secoue les neurones

jouable dès 7 ans, jusqu'à 4 joueurs par boîte

prix public conseillé : 20€

lundi 28 novembre 2011, par Pampuk

Kulami

Le nouveau plaisir ludique de Steffen Spiel, un jeu d’Andréas Kuhnekath

Kulami

Après n’avoir édité que ses propres création :Six, Linja, Karo…, Steffen Mühlhäuser édite maintenant avec goût de nouveaux auteurs : Scho K.O., Sedici, Yengo…

Kulami est, à mes yeux, sa plus grande réussite; le juste équilibre entre stratégie, plaisir des yeux et plaisirs tactiles.

Les joueurs composent avec les tuiles le plateau de leur choix.

Puis chaque joueur à tour de rôle doit poser une de ses billes dans l’alignement de la bille précédente, mais jamais sur les deux dernières tuiles occupées.

La partie s’arrête quand un joueur ne peut plus jouer.

Chaque tuile est gagnée par le joueur ayant le plus de billes dessus.

Chaque tuile rapporte sa taille en points.

Et c’est tout.

C’est sacrément efficace, agréable à jouer et à manipuler; comme au Go, de petites boîtes sont incluses pour ranger ses billes durant la partie.

Pour faire évoluer le jeu, on peut ajouter des objectifs :

- Chaque joueur, en plus, gagne son plus grand territoire.

- Chaque ligne d’au moins 5 billes rapporte sa longueur.

En résumé

Kulami

Un jeu de stratégie sans hasard, avec du bois, des billes, des trous et des variantes

Pour 2 joueurs dès 8 ans

Version allemande avec règles françaises de l’éditeur incluses.

Prix public conseillé : 35 €

vendredi 25 novembre 2011, par Pampuk

Casa Grande

Le nouveau grand jeu de chez Ravensburger, un jeu de Günter Burkhardt

Casa Grande

Vous êtes un architecte qui essaye de s’enrichir en construisant les plus grands bâtiments, le plus haut possible (score : taille du bâtiment * étage construit)

La mécanique du jeu est simple;

à votre tour, vous :

- avancez autour du plateau du jet du dé.

- posez une colonne dans la ligne indiqué par votre pion (pour se poser sur un bâtiment adresse, il faut lui faire un cadeau).

- Construisez un bâtiment si toutes les colonnes nécessaires sont présentes.

Par contre, les choix sont nombreux :

- dépenser pour avancer d’avantage.

- construire sur soi ou payer les autres pour construire sur leur bâtiment.

- Tenter de construire un gros bâtiments, au risque de se faire voler la place.

- Garder ses meilleurs bâtiments pour plus haut, au risque de ne jamais les construire.

Mais surtout, Casa Grande est du type à vous faire finir la partie debout, à tourner autour de la table.

Il est aussi du type à devenir, partie après partie, de plus en plus interactif et méchant,

En résumé

Casa Grande

Un très beau & bon jeu de construction stratégique de 1,5 kg

Jouable de 2 à 4 joueurs dès 8 ans en 3/4 d'heure

Version allemande avec règle très facile traduite par nos soins.

Prix public conseillé : 40 €

vendredi 27 mai 2011, par Pampuk

Burgund : Les chateaux de Bourgogne

Stefan Feld (l’auteur de Roma, Notre Dame, L’année du dragon, Le nom de la rose…) propose notre favori pour 2011 :

Burgund est un jeu de développement qui vous aspire :

Vous commencer à jouer, et en moins de 10 minutes, vous êtes en transe : vous regardez partout à la recherche de votre prochaine expansion, de votre prochaine construction, du bonus à récupérer avant les autres, des avantages à prendre...

Penché sur le plateau, vous piaffez d’impatience en attendant votre tour de jouer (bien que le jeu ait un rythme soutenu), mais on a tant de choses que l’on voudrait faire… L’impatience est le signe d’un grand jeu.

Le jeu est un pur jeu Alea (la marque pour joueurs de Ravensburger) : matériel fonctionnel, thème collé, jeu longuement testé.

Mais depuis cette année, les jeux Alea sont, en Allemand, Anglais et Français.

Burgund est un jeu pour « joueurs », mais, d’après moi, tout le monde peut apprécier Burgund, à condition d’avoir la patience (30 minutes) d’assimiler les règles et de faire une première période (le jeu en compte 5). Si on n’a aimé Puerto Rico ou Les colons de Catan, on doit apprécier ce jeu.

Burgund est dans la liste des jeux conseillés pour le Spiel des Jahres allemand, mais il me semble être le candidat idéal pour le Deutcher Spielepreis (décerné par vote des professionnels et des joueurs). Et Stefan feld mérite amplement de recevoir sa première récompense.

En résumé

Burgund : Les chateaux de Bourgogne

Un excellent jeu de développement de Stefan Feld

Jouable de 2 à 4 joueurs dès 10 ans en plus d’une heure

Version Mutllingue : boîte et règle en français.

Prix public conseillé : 36 €

vendredi 20 mai 2011, par Pampuk

Crazy Kick - Edition Oya

Le nouveau jeu portant le label OYA :

Un classique déjà édité par Schmidt sous le nom Ligretto Football :

Puis édité par l’auteur sous le nom de Crazy Kick :

Dans les 2 cas, la boîte était molle, d’un format inconfortable et pas très belle.

La nouvelle édition, revue par Franz Klemens est de toute beeeaaauuuté :

- Un look BD

- Une boîte format standard « petit ravensburger » en dur

- Des cartes redessinées, plus lisibles avec un personnage en situation sur chaque

- Des noms de joueurs français, c’est à dire avec aussi des origines africaines, arabes, asiatiques (n’en déplaise à la FFF).

Pour ceux qui n’ont pas encore eu la chance d’y jouer, le jeu est simple est drôle :

Chaque joueur de chaque équipe (on peut jouer jusqu’à 4 contre 4) forme 3 piles devant lui.

Le premier joueur à trouver un gardien de but l’expose au milieu.

Tout le monde en même temps essaye de jouer les cartes de son équipe indiquées sur la carte du milieu.

Ainsi de suite jusqu’à ce qu’un joueur joue une carte « Buuut » (Voir l’exemple ci-dessous)

En résumé

Crazy Kick

Un jeu de foot de folie

jouable de 2 à 8 joueurs à partir de 7 ans en moins d’un quart d’heure

Prix public conseillé : 14 €

jeudi 21 avril 2011, par Pampuk

Kugelblitz

Dans la famille réédition heureuse, je voudrais :

Bonne pioche, mais toujours en allemand (avec bien sûr une règle en français) -

Comme on peut le voir sur la très jolie boîte en couleur :

- Kugelblitz est un jeu d’action où l’on attrape des billes grâce à sa pipette.

- Les billes ont chacune une couleur et portent chacune un chiffre.

- Kugelblitz est rigolo et fait s’esclaffer les enfants.

- Les petites filles allemandes sont un peu sadiques et aiment s’écraser les doigts avec leur coude.

Ce que l’on ne voit pas sur la très jolie boîte :

- Kugelblitz peut se jouer jusqu’à 4 joueurs.

- Un paquet de cartes est également présent dans la boîte et indique la mission à réaliser.

Il y a 3 types de mission indiquées sur chaque carte :

1/ Dès 3/4 ans, les couleurs : attraper la série de couleurs.

2/ Dès 5 ans, Les chiffres : attraper la série de chiffres.

3/ Dès 7 ans, Le total : attraper des billes dont la somme est égale à la valeur demandée.

Le texte sur chaque carte est identique et inutile.

Quand des joueurs de niveaux différents jouent ensemble, ils peuvent chacun avoir une mission adaptée.

Kugelblitz est drôle, même entre adultes, mais il constitue également un excellent outil pédagogique.

En résumé

Kugelblitz

Un jeu de fureur, de rires, de couleurs et de chiffres de Michael Rüttinger

Jouable de 2 à 4 joueurs dès 3 ans.

Prix public conseillé : 30€

vendredi 15 avril 2011, par Pampuk

Mammboo

Un nouveau jeu de Folie de Roberto Fraga, et, cette fois-ci, chez Ravensburger :

(La photo est celle de la version allemande, mais la version Internationale s’appelle bien Mammboo).

Chaque joueur, à tour de rôle, retourne une de ses cartes et TOUS les joueurs doivent faire le mouvement et le cri indiqués sur la carte,

puis ceux indiqués sur chaque carte précédemment retournée, MAIS :

- S’il y a 2 fois le même personnage, on ne doit pas faire son cri.

- Si le personnage est dans une grotte, les cartes précédentes sont consultés dans le sens inverse.

- Si le personnage est en chasse, il faut attraper un Mammouth… et un joueur restera sur sa faim.

Donc, on fait des mouvements idiots :

parfois, on est le seul à faire un mouvement, parce qu’on est parti dans le mauvais sens,

parfois, on crie tout seul parce qu’on a pas vu les personnages identiques,

on se trémousse, on crie, on rit souvent : les gens savaient vraiment s’amuser à cette époque !

En résumé

Mammboo

Le jeu de danse, de chasse et de délire préhistorique de Roberto Fraga

Jouable de 3 à 6 joueurs dès 8 ans.

Prix public conseillé : 18€

dimanche 20 février 2011, par Pampuk

Pas de bras...

Nous sommes super fier de vous annoncer :

… Pas de chocolat !

4 sortes de chocolats à collectionner (noisette, blanc, lait et noir).

Pour chaque sorte, il faudra récupérer le tas de cacao, mais éviter l’huile de palme qui donne un sale goût au chocolat et surtout ne pas récupérer la carte pas de bras, parce que : Pas de bras… pas de chocolat.

Les amateurs auront sans doute reconnu Nicht die Bohne : un classique de Horst-Rainer Rösner, plus disponible depuis des années mais toujours recherché par ses fans.

Le jeu est drôle, méchant, malin et les illustrations devrait faire saliver les joueurs.

Nous le présenterons en avant première au Festival de Cannes à partir du 25 février et le jeu sera disponible le 1er mars.

En résumé

Pas de bras…

Un jeu double M : Malin et Méchant

Jouable de 3 à 6 joueurs dès 9 ans

Prix public conseillé : 12€

mardi 18 janvier 2011, par Pampuk

Asara

Le nouveau jeu du double-K Kramer/Kiesling, les auteurs de Tikal, Mexica, Java... :

Dans Asara, le pays aux milles tours, chaque joueur doit... construire des tours ! Le plus grand nombre, les plus hautes, les mieux décorées.

Au début de chaque années, chaque joueur reçoit des cartes de différentes couleurs qu'il va devoir placer sur les différents emplacements du plateau pour effectuer l'opération correspondante.

Le problème est que la première couleur placée sur un lieu définit la couleur nécessaire pour ce lieu.

Les choix sont nombreux et Asara forme un très agréable mélange, très accessible, entre Alhambra et Manhattan.

Le jeu est beau. Le rythme est enlevé. Et pour les plus stratèges, des règles avancés rajoutent de nouveaux emplacements et de nouvelles possibilités.

En résumé

Asara

Un nouveau jeu de stratégie finissant en A de Kramer et Kiesling

Jouable de 2 à 4 joueurs dès 9 ans en moins d'une heure.

Prix public conseillé : 36€