mercredi 17 novembre 2021

Coloretto, un jeu Majeur

en 1995, en ouvrant Oya, il y avait tellement de jeux de cartes simples, originaux et tout public inconnus en France (6 qui prend, set, korsar…) qu’il semblait en apparaître sans arrêt.

26 ans après, force est de constater que créer un nouveau classique en jeu de cartes est exceptionnel.

et Coloretto fait partie de ceux-là.

et cette nouvelle édition est celle de sa majorité (18 ans déjà !)

 

Pourquoi est-ce un classique moderne ?

Coloretto c’est d’abord une règle limpide : 

  • des caméléons de 7 couleurs différentes. Le but: en avoir le plus possible mais de 3 couleurs seulement.
  • une rangée par joueur au centre de la table pour chaque manche. 
  • A son tour, soit piocher une carte et l’ajouter à une rangée, soit ajouter une rangée à sa collection.

et voilà !

et en vidéo-animation ceci donne cela (en 2 minutes et quelques) :

 

Coloretto, tout en étant simplissime, est riche de choix, de rires et de frustrations (oui, la frustration est, d'après nous, un élément important du plaisir ludique):

  • si je pioche, je ne pourrais prendre la rangée que je forme/complète,
  • vaut-il mieux prendre une carte seule ou attendre une rangée  pleine ?
  • si je « pourris » une rangée, ne vais-je pas être obligé de la prendre ?
  • si je forme une trop belle rangée, je risque de me la faire voler,
  • la rangée est unicolore, mais deux joueurs sont intéressés par cette couleur, la prend-je tout de même ?


Coloretto est aussi excellent à 2 joueurs.

Coloretto est jouable en mode gentil ou méchant.

Coloretto est, depuis sa sortie, le jeu que nous conseillons aux joueurs qui aiment 6 qui prend (et vice-versa).

Enfin, la mécanique est tellement solide, qu’elle est la base de Zooloretto, Le Spiel des Jahres 2007 que nous distribuons également (en vo sous-titré).

Une dernière remarque

Coloretto se joue sans les mains !

Tout est visible et sur la table. 

Les yeux et le corps ne servent qu’à s’exprimer et essayer de convaincre les autres joueurs dans un jeu qui peut être assez diplomatique.

mercredi 3 novembre 2021

Le jeu aux mille titres Est et Ouest

Le retour d’un jeu adoré des enfants et des instituteurs et bien sûr en mieux.

Beaucoup de choses à dire dans ce communiqué, donc nous l’avons divisé en plusieurs parties.

Tout est intéressant, mais vous pourrez ainsi picorer selon votre temps et vos intérêts.
 

Ce qu’il faut absolument lire

Le jeu aux mille titres est un formidable jeu de narration où les joueurs inventent des histoires pour le plaisir et pour se souvenir de l’emplacement des différents personnages.

À la fin de la partie :

Les deux boîtes sont indépendantes mais elles peuvent se combiner pour jouer sur la ville entière avec les 72 personnages.

Pour apprendre à y jouer, Regardez cette terrifiante vidéo-animation de 3 minutes réalisée, montée et commentée par Julie.

Bon d’accord, elle n’est pas vraiment terrifiante, mais c’était pour vous donner envie de la regarder
 

Pourquoi cette nouvelle version en deux boîtes ?

Parce que la version originale avait deux défauts :

  • avec toutes les tuiles, une partie pouvait durer plus d’une demi-heure, ce qui est trop long pour les 5/6 ans. Dans la règle, nous disions bien d’utiliser moins de tuiles… mais personne ne lit les règles de jeu !
  • la taille et le prix du jeu freinaient l'achat sur un coup de cœur.

Donc qu’avons nous fait ?

Nous avons coupé le jeu en deux :

le jeu aux mille titres Coté Ouest et Côté Est.

Chaque boîte est attirantemagnétique et d’un prix raisonnable.

Chaque boîte contient la moitié du plateau et 36 tuiles.
La taille parfaite pour des parties de 15-20 minutes.
 

qu’est-ce qui change ?

  • chaque plateau a été modifié pour accueillir plus de lieux qui parlent aux enfants : le manège, la soucoupe volante, la chambre à coucher…
  • la charcuterie et l’église ont été remplacées par des lieux à même de générer des histoires : la boutique de jeux et jouets et le cimetière
  • des personnages qui ne parlaient pas assez aux enfants (l’avocat, le balayeur…) ont également été remplacés par d’autres plus actuels (le robot, le super héros…)
  • au dos de chaque plateau se trouve l’autre plateau mais sans lieu marqué. Ceci permet aux joueurs de profiter de la ville entière même avec une seule boîte.
  • dans le rabat de la boîte, se trouve la règle, toujours aussi courte, mais également des variantes dont une règle pour « pro » permettant de vérifier que l’on se souvient de toutes les histoires en fin de partie. Des variantes pour jouer avec la ville entière sont aussi proposées.
  • sur oya.fr on peut également trouver une règle coopérative.
  • dans le fond de la boîte se trouve une reproduction du plateau avec le nom de chaque lieu.
 

Qui va aimer le jeu aux mille titres ?

  • les enfants qui adorent raconter des histoires et voir les personnages évoluer parties après parties.
  • les enseignants car c’est une source de vocabulaire, de grammaire et une excellente manière de faire parler et communiquer les enfants. Il est aussi idéal pour les professeurs de langue.
  • les adultes qui vont se lâcher sur des histoires qui deviennent souvent de plus en plus trashes et délirantes. Les rôlistes sont évidemment à la fête dans le jeu aux mille titres.
  • les séniors, qui, plus que faire travailler leur mémoire, apprennent le meilleur moyen de se remémorer quelque chose : le lier à une histoire ou à un souvenir personnel

Un conseil issu de notre expérience

si vous le pouvez, jouez au jeu au mille titres avec enfants et parents.
Vous découvrirez l'imagination de vos enfants et des parties de la vie de vos parents que vous ignoriez...
Parfois, jouer, c'est plus que jouer.

dimanche 12 septembre 2021

l'inspecteur Leflair résout toutes les affaires

Après avoir fait deviner une image avec un mot (Dixit), des mots avec un mot (Codenames), Inspecteur Leflair propose de deviner une image avec une autre image.

Contrairement à Similo ou les deux images appartiennent au même champ sémantique, là, il n'y a souvent aucun rapport entre les deux !

Par exemple, l'Inspecteur Leflair doit faire deviner le maillot de bain a l'aide d'un des 5 symboles sur les dés : Il choisit difficilement le poêle parce que le slip de bain permet de garder ses biens au chaud. Mais il aurait pu également choisir le drapeau car celui-ci peut faire penser au drapeau de plage.

Les autres joueurs, ensemble, ne doivent pas immédiatement trouver l'image mystère, ils doivent juste écarter une image qui ne peut pas l'être.

Avec le poêle, ils hésitent entre la lanterne et le grille-pain. Ils n'ont même pas pensé au maillot de bain, ce qui enrage l'Inspecteur Leflair. Mais :

L'inspecteur Leflair doit savoir se taire
L'inspecteur Leflair maîtrise ses nerfs

(avec le drapeau, il auraient également pu envisager la lanterne, suspendue au bâton comme un drapeau, ou le parcmètre qui ressemble au drapeau)

Ils décident d'écarter le Hibou.

L'inspecteur Leflair peut relancer 5 dés et continuer ainsi jusqu'à ce que l'équipe se trompe ou trouve l'image mystère.

Pour une explication détaillée de la règle, le plus simple est de regarder la délicieuse vidéo-animation de 3 minutes réalisée, montée et sonorisée par Julie.

 

Inspecteur Leflair est vraiment pour tout le monde :

 - très facile d'accès, il attire joueurs et non-joueurs et a autant sa place en jeu d'apéro qu'en jeu qui réunit  la famille entière.

- contrairement à Dixit, son charme poétique n’est pas dans les illustrations, ici très terre à terre, mais dans les associations d’idées insolites et saugrenues ainsi que dans les discussions surréelles qu’elles provoquent. 

- il est indiqué à partir de 7 ans, mais il fonctionne à merveille avec des plus jeunes ou entre adultes. Les associations d'idées des enfants vous surprendront plus d'une fois.


Reinhard Staupe pense que c’est le meilleur jeu qu’il ait imaginé à ce jour et il est bien triste de n’avoir été que nominé pour le Spiel des Jahres cette année.

 

En résumé

 

Inspecteur Leflair

Poésie, logique, déduction et coopération

prix public conseillé :18 €

mardi 7 septembre 2021

Palavan - Rapunzel - Volterra

3 nouveaux Steffen Spiele
du bois, de la stratégie, de l'adresse et du risque

Ces temps sont difficiles pour Steffen Mühlhäuser qui, normalement, fait jouer et vend ses jeux dans les marchés et les foires.

Mais cela ne l'empêche pas de développer de nouveaux jeux et d'en sortir trois d'un coup dans son format vedette, la boîte carré de 10,5cm de côté et 4cm de haut : Un jeu de stratégie très graphique, un jeu d'adresse et de prise de risque joli et drôle et un jeu de stratégie en bois.

Palavan de Niek Neuwahl: chaque joueur à tour de rôle pose une tuile pour former un archipel de 4 tuiles sur 4.

Chaque tuile a des bords et des demi-bords de mer ou de terre et le but est de bloquer l'adversaire afin que celui-ci ne puisse pas poser ses tuiles.

En fin de manche, le joueur avec le moins de tuiles devant lui gagne un jeton (bleu) et son adversaire devient l'Oya pour la manche suivante (un avantage important).

Esthétique et sans hasard, Pavalan est riche de possibilités et de variantes (ne former qu'une île, ne former qu'une mer...).

Enfin, un mode Solo à 3 niveaux de difficultés et toujours différent est un plus non négligeable. 

Rettet Rapunzel (il faut sauver Raiponce) de Marold & Mühlhäuser: un mélange très adroit d'adresse et de prise de risque.

A son tour, un joueur pitche le jeton vert pour dégommer un par un les étages de la tour, mais, bien sûr, sans faire tomber Rapunzel.

Chaque étage vaut 1 point, mais le joueur qui retire le dernier étage gagne également le balcon et Rapunzel, soit 3 points.

Une bonne raison de tenter une fois de trop sa chance... et de tout perdre.

Simple, efficace et drôle.

Volterra de Julien Griffon (l'auteur de Ringo): sur un damier formé sur la table, chaque joueur essaye d'arriver sur la plus haute tour.

A son tour, dans l'ordre de son choix, il doit se déplacer sur une tour voisine de sa couleur et ajouter un ou deux étages à une tour voisine

Une règle simple mais redoutable aux possibilités stratégiques et aux rebondissements nombreux.

Et en plus, c'est beau.

Voilà qui fait passer à neuf jeux la collection de petits jeux carrés de Steffen Spiel.

Qualité et diversité, avec tout de même cinq jeux de stratégie pure : Nonaga, 27, Ringo, Palavan, Volterra.

Pour les autres nous avons :

Würfel Blitz : Rapidité & Calcul

Pok : Bluff & Psychologie

Zwoggel : Tactique, Mémoire & Bluff

Rettet Rapunzel : Adresse et prise de risque

Pour en savoir plus, vous pouvez consultez notre communiqué précédent.

 

En résumé

Palavan - Rapuntzel - Volterra

Deux jeux de stratégie et un d'adresse

Prix public conseillé : 16€

vendredi 13 août 2021

3 Nouveaux Jeux De Maître Staupe

3_de_staupe.jpg
 

 

Reinhard Staupe est sûrement le plus méconnu des grands auteurs allemands.

Il a commencé comme nous en 1995 et on lui doit plus de 90 jeux :

- De grands jeux comme SpeedBasariPrivacyLa Havane..,

- De nombreux formidables jeux pour enfants comme Pippo ou Colori (Dobble avant Dobble),

- Et, en tant que directeur de collection chez NSV : QwixxThe Game et The Mind entre autres.

Et en mixant ces deux dernières activités, il édite aujourd'hui chez NSV une nouvelle gamme de jeu enfants qui commence très fort avec ces 3 jeux.

Li_la_loud.jpg
 

Li-La-Loud est un jeu sur le bruit, ou plus exactement sur l'intensité sonore : A tour de rôle, chaque joueur devient l'Oya et tire une carte qui lui indique jusqu'où devra avancer le renard et le bruit qu'il devra faire (Taper dans ses mains, siffler comme un serpent, faire du bruit avec sa bouche comme une indien...).

Plus l'objet à atteindre est loin, plus le son émis devra être fort.

Chaque autre joueur doit alors deviner jusqu'où a été le renard. 

Si au moins un joueur trouve, l'Oya et tous ceux qui on juste gagne une carte.

C'est simple, jouable par petits, grands et adultes ensemble, drôle et intéressant : être capable de gérer son niveau sonore est une capacité que de nombreux parents voudraient voir leur enfants acquérir !

Kippelino.jpg
 

Kippelino est un jeu d'équilibre, en coopération ou pas, dans une petite boîte.

A son tour, un joueur prend une planche en main, la planche suivante lui indique où il doit poser 2 poteaux en bois dessus.

Puis il doit placer cette planche sur celles déjà présentes sans rien faire tomber.

En coopération, les joueurs veulent réussir à placer toutes les planches. Donc, les joueurs réfléchissent ensemble à comment garder l'édifice le plus stable possible.

En compétition, chaque joueur essaye de créer la construction la plus précaire possible afin que le joueur suivant provoque un effondrement.

Des deux manières, Kippelino fonctionne à merveille et il est vraiment étonnant de voir un si bon jeu d'équilibre dans un si petit format.

Robots.jpg
 

Robots est un jeu coopératif sur le temps et plus précisément sur le rapport de chacun au temps. Cela fait bien sûr penser à The Mind, Mais Robots par sa simplicité et son accès visuel permet à tous de jouer, même au plus jeune.

L'Oya va devoir faire deviner jusqu'au avance un escargot (lent), un robot (moyen) ou une fusée (rapide) sur le chemin indiqué sur la planche au centre de la table.

Pour cela, il démarre en faisant bip (ou bang, ou n'importe quelle autre bruit), puis, à nouveau bip quand il atteint l'objet posé sur le chemin.

Les autres joueurs discutent alors pour estimer l'objet atteint. S'il le trouve, ils gagnent 3 jetons (ou 2 ou 1 jetons s'ils se trompent de peu).

Puis c'est au joueur suivant de devenir Oya.

Quand la pioche est épuisée, le score de l'équipe est déterminé par le total des jetons gagnée : 15 c'est bien, 25 c'est exceptionnel, 30, nous n'avons pas encore réussi.

Les joueurs vont devoir, petit à petit, mettre en commun leur vision du temps avec en plus par rapport à The Mind :

  •  3 vitesses différentes qui obligent à se recalibrer à chaque fois.
  • Une phase de discussion qui permet de se comprendre et de se synchroniser plus vite... ou non.


Un très bon jeu donc, qui mérite sa place en finale du Spiel des Jahres enfant 2020.

En résumé

Li-La-Loud - Kippelino - Robots

3 jeux pour les oreilles, les mains et le coeur de Reinhard Staupe

2 à 4 joueurs à partir de 4 ans

Prix public conseillé : 12€

dimanche 25 octobre 2020

Can't Stop - Oya's Design

Can_t_stop_box.jpg
 
 Un jeu de Sid Sackson illustré par Ronan le Maitre
 

D’abord l’essentiel, pour ses 40 ans, Can’t Stop est de retour entièrement re-designé par nous-même.

Can’t Stop, c’est le classique de Sid Sackson édité durant ces 40 ans par moult éditeurs, de Parker à Ravensburger en passant par Asmodée.

Avec une couverture moderne, un plateau grand et lisible et un matériel le plus agréable possible (grands Alpinistes en bois d'une prise en main trop satisfaisante), nous espérons que vous aimerez cette version autant que nous.

Can_t_stop_board.jpg
 

 

En plus de cela, Julie a réalisé, monté et sonorisé une vidéo animée qui explique le jeu (et ses variantes) et surtout tous les petits points de règle si facilement oubliés.  Trois minutes de votre temps qui ne seront pas perdues. 

 

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Can’t stop. La vidéo explique bien la règlemais n'explique pas pourquoi ce jeu tactique de prise de risque est toujours autant d'actualité. 
Le mieux est d'y jouer, soit en recevant une démo en en commandant au moins 6 exemplaires, soit en nous demandant une démo en utilisant notre opération "Démo-Deal". Contactez nous pour cela.

Le reste de ce communiqué est une balade sur le chemin qui nous a mené jusqu’à ce nouveau design. Balade intéressante mais pas essentiel. Si vous êtes pressé, vous pouvez passer à autre chose...

Pourquoi faire une nouvelle version ?

Nous n'étions pas entièrement satisfait de la couverture et du plateau de notre version précédente, édité en commun avec Franjos.

Cela fait plus de 20 ans que nous faisons jouer Can't Stop et nous avons une vision claire du jeu, de son public et de ce qui fait son attrait.

Avec l'arrivée à temps plein de Ronan le Maitre, l'illustrateur de 50 Missions, à Oya. Nous nous sommes dit qu'il était temps d'essayer de réaliser notre propre version.

Quel a été l'élément le plus important dans le design de cette nouvelle version ?

Le plus gros problème de Can’t Stop est que le jeu parle à tous les publics : couples, collègues, copains, familles, enfants, scolaires, seniors.

Le design du jeu devrait pouvoir convenir et attirer tous ces publics. Ce n'est pas facile.

Nous avons longtemps essayé de changer radicalement de thème.

Mais rien ne fonctionne aussi bien que l’escalade avec Can’t Stop. Tout coule alors de source : les voies à vaincre, les camps à poser, les chutes d’alpinistes... Pourquoi se battre contre l'évidence.

Nous avons donc gardé le thème et opté pour une montagne belle et facile à "lire" (pour augmenter la lisibilité, le dos du plateau rend les nombres et mousquetons plus discrets).

Can_t_stop_dos.jpg
 

 

d’autres choix étaient possibles.

Entre le 100% abstrait de la version originelle.

can_t_stop_original.jpg
 

 

Et la version coréenne épurée et très réussie.

Can_t_stop_coreen.jpg
 

 

Mais chacun de ces designs écarte, d'après nous, une partie du public concerné. Ce que ne fait pas, nous l’espérons, notre choix.

Pour le matériel, c'est très simple: Can’t stop est un jeu ou le plaisir de la manipulation est très important.

Les pions en plastique de la version originale étaient désagréables à attraper. Ceux de la version coréenne sont un peu trop petits. 

L'idéal est d'utiliser de grosses pièces en bois. Nous avons donc gardé les camps de notre version précédente et sommes revenus aux gros alpinistes verts utilisés autrefois par Franjos. Presque aussi grands que des bonhommes de babyfoot ils sont un véritable plaisir à faire rouler entre ses doigts.

Can_t_Stop_-_Matos.jpg
 

 

Que faire de la couverture ?

La couverture est la partie la plus délicate 
dans la réalisation d'un jeu. Bien qu’inutile pour jouer, elle doit attirer, interpeller et convaincre le joueur/acheteur potentiel que ce jeu est pour lui.

Pour nous, la beauté ne doit pas être l’objectif premier d’une couverture (la beauté n’est pas un but, mais un moyen).

si l’on fait un jeu sur un jardin japonais, la couverture doit être belle comme un jardin japonais.

si l’on fait un jeu sur un méchant "The Game" qui n’est pas notre ami et veut nous faire perdre, la couverture doit faire passer ce message aggressif et c’est pour cela que nous trouvons la couverture originale de The Game très réussie (le même designer a également illustré The Mind dans un mode plus « Psy » ou Sauve Moutons dans un style BD (bien que la couverture de Sauve Moutons ne fasse pas passer le côté stratégique et "gamer" du jeu)).

ohanami_-_the_game_-_the_mind_-_sauve_moutons.jpg
 

 

Pour Can’t Stop, les choix faits par d’autres éditeurs sont nombreux :

  • Parker/Ravensburger : cette belle couverture hypnotique met en avant le côté abstrait et "casino" du jeu et attirera ainsi les joueurs plus âgés. 
    Can_t_stop_Parker_top.jpg
     

     

  • Asmodée : Une boîte et un matériel fun au même format que "Jungle Speed" pour attirer le même public que celui-ci. Mais au risque d'écarter le public plus âgé (Can’t stop est aussi un excellent jeu senior)
    Can_t_stop_asmodee_top.jpg
     

     

  • La couverture de cette édition japonaise est vraiment extraordinaire avec un look surréaliste très réussi qui attire l'oeil mais aura du mal à élargir le public du jeu.
    Can_t_Stop_japonais.jpg
     

     

Notre choix a été d'essayer de rendre le jeu le plus contemporain possible : la fille, conquérante, au sommet, se prend en Selfie, dés dans la main et avec derrière elle le garçon, grimaçant et dépité.

C’est aussi dire que le jeu est parfait en couple, drôle, pour adultes (mais suffisamment rigolo pour attirer les enfants) et enfin, se joue avec des dés.

cant_stop_oya_top.jpg
 

 

La grimace du garçon n'est pas jolie, mais la laideur, comme la beauté, n’est pas un but, mais un moyen et c'est Marinus van Reymerswale et l'art flamand du 16ème siècle qui nous a servi de modèle pour imaginer cette grimace.

Marinus_van_Reymerswale_grimacant.jpg
 

 

Tous les objectifs visés seront ils atteints ? sûrement pas. Mais essayer de les viser est déjà une satisfaction.

Enfin, petit détail, le logo a été pensé comme une marque de vêtement de sport et est tissé (avec un sens interdit au milieu en hommage au design original).

detail_logo.jpg
 

 


Nous espérons que ces digressions sur le processus créatif de cette nouvelle version vous auront intéressé et seront heureux de lire vos commentaires par mail sur oya@oya.fr ou sur twitter @oyaparis.

En résumé

Can't Stop

Le classique de Sid Sackson
Re-designé par Oya

2 à 4 joueurs à partir de 8 ans

Prix public conseillé : 29 € 

lundi 30 mars 2020

The Mind Extrême

Non télépathe s'abstenir

The_Mind_extreme_-_box.jpg
 

Un jeu de Wolfgang Warsch illustré par Oliver Freudenreich

 
 

De retour de Cannes, force nous a été de constater que certains ne savaient pas q'une version "extrême" de The Mind était sortie.

Cela est bien sûr du en grande partie à un manque de communication juste avant Noël : notre stock était alors trop limité.

Alors, il est grand temps aujourd'hui de l'annoncer et d'en parler.

The_Mind_extreme_explose.jpg
 

The Mind Extrême se joue comme The Mind : les joueurs doivent poser leur cartes en main, rangées, au centre de la table. Et cela sans communiquer d'aucune manière.

Mais dans The Mind Extrême, il y a des cartes blanches, à poser en ordre croissant à gauche du Niveau. Mais aussi des cartes rouges, à poser en ordre décroissant à droite du Niveau.

De plus, sur certains Niveaux, une main près d'une couleur indique que les cartes de cette couleur doivent être posées face cachée et ne seront vérifiées qu'une fois toutes les cartes posées.

Juste quelque changements qui suffisent à rendre le jeu encore plus fou, télépathe et drôle.
 

The_Mind_extreme_-_back.jpg
 

Contrairement au Game Extrême où le niveau de difficulté est vraiment extrême, The Mind Extrême peut être joué et apprécié par des joueurs n'ayant joué que quelques parties de The Mind.

Toutefois, pour ce qu'il gagne en folie et excitation, il le perd en accessibilité : On peut juste mettre des cartes dans les mains d'un néophyte et le faire jouer à The Mind. Ce n'est pas possible avec la version Extrême.

C'est toutes ces infos que nous avons essayé de faire passer sur le dos de boîte.

The Mind Extrême

Pour ceux qui ne trouvaient pas The Mind suffisamment extrême

2 à 4 joueurs à partir de 8 ans

Prix public conseillé : 12 €

Remarque : On ne peut pas jouer à The Mind avec le matériel dans la boîte de The Mind Extrême

dimanche 29 mars 2020

8 Petits Grands Jeux

8 grands jeux dans un format ridiculement petit

Set_1.jpg
 

8 jeux de Chris Handy

 

Voici un Objet Ludique Non Identifié : d'un coup, une collection de 8 vrais bons jeux dans un format incroyable, et tous par le même auteur : Chris Handy.

Entre 2015 et 2018, celui-ci a créé 18 jeux dans ce format. Dans ces 18 jeux, nous en avons aimé 13. Parmi ces 13, nous en avons retenu 8 pour ce premier set.

Le but : montrer toute l'étendue des possibilités. Ainsi, dans ce premier Set, il y a :

 

LIE_en_jeu.jpg
 

LIE, un jeu de dés de la trempe d'un Bluff (Spiel des Jahres 1993) ou d'un Perudo (l'autre jeu de Richard Borg, l'auteur de Bluff), mais en plus tactique (on peut choisir la valeur de ses dés).
 

 

HUE_en_jeu.jpg
 

- HUE, un jeu de pose et de bluff où chaque joueur essaye de faire les plus grandes surfaces de leurs couleurs préférées tout en empoisonnant les couleurs adverses. 

 

Gem.jpg
 

- GEM, un jeu d'enchères subtile et riche où, pour faire des collections de pierres précieuses, on se retrouve obligé de dépenser ses plus belles pierres !

 

Boo.jpg
 

- BOO, un jeu de Reversi/Othello dans un cimetière, où chaque joueur essaye de retourner les fantômes de son adversaire... Mais comme dans Super Mario, un fantôme vu de face ne bougera pas.

 

orc_en_jeu.jpg
 

- ORC, une bataille pour le contrôle de 6 tribus d'orcs, un jeu stratégique à deux de la qualité et richesse d'un Schotten Totten ou d'un Jolly & Roger.

 

DIG-en-jeu.jpg
 

- DIG, un jeu de plateau où chaque joueur/chien va se promener dans le jardin pour déterrer des os et aller les poser dans leur écuelle. Mais chacune de vos actions influe sur la valeur finale des os !

 

Woo.jpg
 

- WOO, un jeu de carte traditionnel hors du commun où l'on essaye de marier Reine et Roi durant la phase ouverte... avant qu'ils ne vaillent plus rien durant la phase fermée. Un jeu très addictif comme on savait encore les faire au XIXème siècle !

 

Sow.jpg
 

- SOW, un awalé floral avec du bluff dedans où les joueurs sèment des graines pour récolter les fleurs de leur couleur. La présence d'un Moulin, d'un Arrosoir et surtout d'un Gopher complique encore la situation.


Comme vous avez pu le voir si vous avez cliqué par curiosité sur le nom des jeux, chaque jeu bénéficie d'une vidéo explicative (entre 2 et 4 minutes) sur notre chaîne youtube Oya Paris.


La qualité de l'ensemble est étonnante et il faut vraiment les jouer pour la mesurer.
 

Presentoir_Set_1.jpg
 

La gamme est proposée dans un présentoir de 25cm de large et les jeux peuvent se consommer de plusieurs manières :

  • Un achat plaisir que l'on prendra en plus d'un autre jeu.
  • Un petit cadeau qui fera très plaisir à un ami joueur.
  • La collection complète dans sa troussette, pour avoir toujours une ludothèque sur soi ou en voyage. L'objet est très attirant et assez irrésistible.

En résumé

Parce que c'est pas la taille qui compte

8 jeux de Chris Handy
Tous jouables à 2 joueurs
GEM, DIG, SOW jouables jusqu'à 4 joueurs
HUE jouable jusqu'à 5 joueurs
LIE jouable jusqu'à 6 joueurs
Tous jouables dès 8 ans

Prix unitaire conseillé : 5 € 
Disponible dès aujourd'hui

dimanche 1 septembre 2019

Illusion

Illusion_-_boite.jpg
 

Peut-on faire confiance à ses yeux ?

Une rangée de cartes sur la table.
 

Illusion_probleme.jpg
 

 

À gauche celle avec le moins de rouge, à droite celle avec le plus de rouge.

À vous de jouer :

  • allez-vous tenter d’insérer cette nouvelle carte dans la rangée (oui, mais où ?)
  • allez-vous mettre en doute la véracité de la rangée ?

Voilà, vous savez jouer à Illusion : A chaque manche, on dévoile une couleur (une flèche) et chaque joueur à tour de rôle doit soit ajouter une carte dans la rangée, soit mettre en doute.

Après cela, il faut que les illustrations soient à la hauteur. C’est le cas : diverses, surprenantes et piégeuses comme il faut.

Et cela fait d’Illusion un « instant classic » (oui, à Oya, on voudrait bien apposer notre label que sur des classiques, passés ou futurs... On en n’est pas loin ;-).

Wolgang Warsch (l'auteur également de The Mind) est définitivement l'auteur de l'année.

Pour connaître la réponse aux deux questions précédentes, voici maintenant les cartes retournées (c’est ainsi que l’on vérifie qui a raison).

Illusion_Solution.jpg
 

en résumé

Illusion de Wolfgang Warsh

Que vois tu vraiment ?

Pour 2 à 4 joueurs à partir de 8 ans

Prix public conseillé : 12€

vendredi 26 juillet 2019

Cartagena

Cartagena-Box.jpg
 

Après la version « enfant » de Ravensburger, le vrai Cartagena est de retour.

Une version avec des pirates en bois, 6 par joueur, un tunnel de taille normale (6 plateaux) et 3 actions à son tour de jeu.

Mais cette version est également la version rêvée et dirigée par Léo Colovini, son auteur.

Cartagena_en_jeu.jpg
 

 

Une version qui inclus, en plus de la règle de base :

  • Jusqu’à 8 plateaux pour un tunnel géant.
  • Cartagena 2,  avec l’île de la tortue et la chaloupe à diriger jusque là (Cartegena 2 était une boîte autrefois vendue à part par Winning Moves).
  • La variante « aimons notre prochain » où, pour récupérer des cartes, il ne faut plus reculer ses pirates mais avancer les pirates adverses.
  • Des cartes sur fond noir pour gêner ceux qui jouaient à Cartagena comme au « Lièvre et la Tortue » de David Parlett : on ne peut plus accumuler les cartes en main. Si une carte noire est jouée, on ne peut garder que 7 cartes en main.
  • Une action pour chaque type de carte que l’on peut utiliser au lieu de son usage classique (par exemple, la lanterne permet de piocher 4 cartes et d'en garder une).
  • Des trésors sur les cases Coffre que l’on peut récupérer.
  • Et toujours les variantes qui permettent de diminuer ou faire disparaître le hasard.
Cartagena-materiel.jpg
 

Beaucoup de cadeaux dans cette version ultime.
Mais la simplicité de Cartagena est préservé avec la règle de base qui ne fait qu'une page.

Cartagena_regle.jpg
 

Un jeu pour tous les publics : une belle introduction au jeu de stratégie dès 7 ans (avec un pirate en moins pour lui), un jeu parfait en couple et un jeu aussi intéressant comme initiation au jeu de société moderne que comme jeu gamer avec toutes ses variantes ici réunies.

On est drôlement content de l’avoir à nouveau sous notre label !

En résumé

Cartagena

Le classique de Leo Colovini en version compendium est de retour.

pour 2 à 5 joueurs à partir de 7 ans

Prix public conseillé : 29 €

dimanche 7 juillet 2019

Ohanami

Un jeu de Steffen Benndorf illustré par Christian Opperer

ohanami.jpg
 

 

Quatre ans après The Game, Steffen Benndorf relève le défi, difficile, de proposer un jeu du même niveau.

Dans Ohanami, chaque joueur a 3 saisons pour concevoir 3 jardins japonais devant lui en combinant harmonieusement eau, pierre, végétation et, bien sûr, Sakura (cerisier en fleur).

Chaque jardin est une rangée ascendante de cartes où une nouvelle carte ne peut être placée qu'en dessous ou au dessus.

Le jeu est un vrai draft de jardin : Chaque joueur place 2 cartes de sa main dans ses jardins et passe le reste de sa main à son voisin jusqu'à ce que les toutes les cartes soient dans les jardins.

ohanami-en-jeu.jpg
 

 

A la fin de la première saison, seul l'eau compte.
A la fin de la deuxième saison, l'eau et la végétation comptent.
A la fin de la troisième saison, tout compte et surtout les sakuras qui peuvent rapporter énormément (la table ci-dessous indique le nombre de points gagnés selon le nombre de Sakuras

Table_sakura.jpg
 

Malgré les nombreux choix à faire, Steffen Benndorf a voulu et a réussi à faire un jeu relaxant comme un jardin japonais.

mais, nous, on aime aussi quand la tension est palpable et les choix cornéliens. Alors, avec son autorisation, nous avons rajouté la variante "Oya Kara" qui vous permettra de ressentir Ohanami d'une manière extrême.

Et nous avons réalisé une vidéo pour expliquer la règle ! Elle fait moins de 3 minutes en incluant également la variante Oya Kara.

Maintenant, il ne vous reste qu'à jouer et être conquis comme nous l'avons été.

Ohanami est vraiment une perle; il plait à tout les publics (en couple, en famille, avec des séniors et même aux gamers avec la variante Oya Kara) et deviendra, pour sûr, un classique moderne.

 

En résumé

Ohanami

un superbe draft de jardin à jouer zen... ou pas

de 2 à 4 joueurs à partir de 8 ans

Prix public conseillé : 12 €

vendredi 21 juin 2019

Pearls

Pearl_box_face.png
 

 

un jeu de christian Fiore et Knut Happel, assez simple pour être joué dès 6 ans, assez fûté pour être joué et rejoué par des gamers.

La règle est en effet simplissime :

6 perles sont toujours disponibles au centre de la table.

A votre tour, vous pouvez :

soit récupérer toutes les perles d'une couleur dans votre main (pas plus de 10 cartes en main),

soit abaisser des perles d'une couleur (et d'éventuelles perles noires joker) pour augmenter son trésor et gagner le collier correspondant.

La partie est terminée quand il n'y a plus de collier à gagner ou de perle dans la pioche. Chaque joueur peut encore abaisser une fois.

Chaque joueur fait alors la somme des perles et des colliers dans son trésor et déduit les perles qu'il a encore en main pour déterminer le vainqueur.
 

Pearls-en-jeu.jpg
 

 

Et nous avons réalisé une vidéo pour expliquer la règle ! Elle ne fait que 2 minutes parce que le jeu est simple et que l'on n'aime pas quand c'est long :

Pearls en 2 minutes

Après, comment bien jouer ? Ce n'est pas facile :

- Faut-il viser les grands colliers ou prendre les petits pour en priver les autres ?

- Faut-il amasser les petites perles ou laisser les adversaires remplir leur main et profiter de l'aubaine ?

- Prendre un tour pour amasser des jokers est-il rentable ?

- Les grosses perles sont très attirantes mais elles compteront en négatif si la partie s'arrête trop vite.

- En ramassant beaucoup de perles d'un coup, ne risque-t'on pas d'offrir un énorme cadeau à ses adversaires ?
....

Les choix sont faciles (rapides) mais difficiles (l'évaluation est ardue).

Dans tous les cas, Pearls se joue à un rythme effréné et il est très tentant d'enchaîner les parties.

En plus, il peut se jouer jusqu'à 6 joueurs et dès 6 ans (les petits feront sûrement des erreurs, mais nous avons déjà vu de nombreux adultes en faire également).

La part de chance fait que tout le monde peut gagner une manche, mais sur la longueur les meilleurs l'emporteront.
 

 

En résumé

Pearls, un jeu de Christian Fiore & Knut Happel

Pêchez, collectionnez et enfilez les perles plus vite et mieux

2 à 6 joueurs à partir de 6 ans

Prix public conseillé : 12 €
 

mercredi 29 août 2018

Nonaga - 27 - Pok - Würfelblitz

 

Quatre d'un coup pour la création d'une nouvelle gamme chez Steffen Spiele

Nonaga-pok-27-wurfelblitz.jpg
 

 

Après 3 ans de gros jeux : Copa, Blocks puis Zaubertrank (un jeu de plateau, une première pour Steffen Spiele), Steffen revient à ses premiers amours :

Le jeu en bois, en petite boîte, qui se joue sans plateau, directement sur la table.

Et pour son retour, il frappe très fort : 4 excellents jeux, du beau matériel dans de jolies boîtes à un prix attractif !

Faisons le tour :

Nonaga

de Viktor Bautista i Roca (l'auteur de Kikou le Coucou)

Nonaga-en-place.jpg
 

 

Sur le plateau formé comme si dessus, chaque joueur essaye de réunir ses 3 pions.

A son tour, il avance un de ses pions en ligne droite jusqu'à rencontrer un obstacle puis déplace un rond blanc.

C'est tout, mais c'est riche stratégiquement et agréable à jouer.

L'essayer c'est l'approuver.
 

27

de Laurent Escoffier (l'auteur de Pix et de Loony Quest)

27-en-place.jpg
 

 

 27 pions


Avec les pions rouges et gris, on forme la piste de jeu.

Chaque joueur place les pions de sa couleur sur un pion rouge.

A son tour, il avance un morceau d'une de ses piles (avec un de ses pions au sommet) d'autant de cases qu'il possède de piles de sa couleur.

Le but : former la plus grosse pile sur la base rouge de l'adversaire.

C'est très malin : on peut emporter les pions adverses avec soi, ce qui permet des stratégies d'enfer (dans l'exemple ci-dessus, le blanc peut avancer sa pile de 5 pions (dont 2 noirs) de 4 cases et recouvrir (bloquer) la pile de 2 pions noirs)

Dans une variante, on peut même emporter les pions gris avec soi ! Cela devient très retord.
 

Pok

de Kasper Lapp (l'auteur de Magic Maze)

Pok-en-place.jpg
 


de 3 à 7 joueurs

Chaque joueur a 2 formes de chaque sorte/couleur (2 ronds bleus, 2 carrés verts, 2 triangle rouges)

On lance les 3 dés puis chaque joueur choisit en cachette une forme dans sa main et toutes les mains sont ouvertes en même temps :

- Si il y a exactement le même nombre de forme d'une sorte qu'indiquée sur un dé, ces formes sont écartés du jeu.

- Si aucun dé n'est "matché" avec les formes visibles, les joueurs ayant joué une forme non présente sur les dés écartent leur forme.

Sur l'exemple ci-dessus, les ronds bleus sont écartés. Mais s'il n'y avait eu que 2 ronds, alors les carrés verts auraient été écartés (car absents des dés).

Le but est bien sûr de se débarrasser de ses formes.

La combinaison du lancé de dés et des formes restantes dans les mains des joueurs font que chaque manche est complètement différente.

Un plaisir psychologique, tactique et tactile.
 

Würfel Blitz

de Steffen Benndorf (l'auteur de Blocks et de The Game)

Wurfelblitz-en-place.jpg
 

 

On lance tous les dés. On ignore les dés dont la couleur est présente sur un dé couleur. Le joueur qui additionne le plus vite les valeurs des dés restants gagne un jeton blanc !

Dans l'exemple ci-dessus, les dés bleu, vert et noir sont ignorés. On doit additionner les dés restants : rouge et jaune pour un total de 3.

En cas d'erreur, on perd un jeton blanc.
Quand on a 3 jetons blancs, on les échange contre un jeton noir qui ne peut plus être perdu.
Quand on a 3 jetons noirs, on a gagné !
Pour les plus faibles: ils peuvent échanger 2 jetons blancs contre un jeton noir.
Pour compliquer les choses: on décide que si au moins 2 dés couleurs sont identiques, on devra additionné les dés habituellement écartés !

C'est drôle à jouer. Logique, observation et calcul mental se combinent pour un jeu trépidant et toujours frais.

En résumé

4 jeux Steffen Spiele

Nonaga    -     27     &   Pok   - Würfelblitz
Stratégie - Stratégie &  Bluff - Observation

 2 joueurs       &       2 à 7 joueurs 
à partir de 8 ans

Prix public conseillé : 15€
Jeux en V.O. sous-titrés français

mercredi 8 août 2018

Manga Kai

un jeu de Reiner Knizia, interprété par Pampuk, illustré par Naïade
Manga-kai-box.jpg

 

Voici le jeu qui révolutionne le jeu de troc et d'échange... Par sa simplicité.

la règle est moins longue à expliquer que le thème :

On distribue toutes les cartes entre les joueurs.

Les joueurs ont le temps d'un sablier (45 secondes) pour trier leurs cartes et regarder celles des autres.

Puis, tout le monde peut échanger avec tout le monde, sans aucune règle ni contrainte!

Manga-kai-exemple.jpg
 

Un joueur qui a les cartes correspondantes à un Objectif peut le prendre (4 Niko ->  l'objectif est gagné et rapporte 7 point)

Quand la moitié des joueurs ne veulent plus troquer, les autres ont le temps d'un sablier pour finir d'échanger.

Puis chaque joueur ajoute la valeur des objectifs réalisés pour connaître leur score.

Comme promis, la règle est simplissime, 

Maintenant le thème...  

Sur chaque carte se trouve un Gitaigo (擬態語),il s'agit d'une onomatopée qui  sert à décrire une action, un état ou une émotion !

Manga_Kai_-_Gitaigo.jpg
 

Dans les exemples ci-dessus : 

- IRA IRA c'est l'irritation, la colère.

- DOKI DOKI, c'est être ému, tendu avec le cœur qui bat fort.

- NIKO NIKO, c'est un grand sourire lumineux

Mais pourquoi troquer des Gitaigo ?

Parce que c'est rigolo d'entendre un tas de personnes crier "Pika Pika", "Zâ Zâ" ou 'Wai Wai', un petit peu comme les "Meuh" dans la version Repros Prod de "Pit" ou les phrases japonaises idiotes du "Tokyo Train" de Cocktail Games.

 

Et maintenant les questions que tout le monde se pose :

Comment fait-on pour regarder les cartes des adversaires ? Parce que les cartes sont identiques des deux côtés ! Cela accélère et canalise les échanges, surtout quand l'on joue à 8 ou 10 joueurs ! Et si vous ne voulez pas montrer vos cartes, vous pouvez les cacher sous la table... mais peu de joueurs viendront troquer avec vous.

- Pourquoi est-ce que c'est bien ? Parce que l'on discute, parlemente, crie, rit, communique sans arrêt et parce que, même quand on a fini de troquer, on continue de jouer car il faut trouver d'autres joueurs d'accord pour arrêter la partie... Arrêter la partie devient un jeu en soi !

Enfin, les bords du fond de boîte comportent une règle résumée et un lexique de tous les termes japonais utilisés.

Manga_Kai_-_Bords.jpg
 

En résumé

Manga Kai

LE jeu de troc où l'on crie Pika Pika.

4 à 10 joueurs à partir de 8 ans

Prix public conseillé : 18€ 

 

dimanche 22 juillet 2018

Le jeu aux mille titres 2018

aussi bien, en mieux

 

des milliers de souvenirs dans une boîte unique.

Voici la nouvelle édition du jeu poétique et nominé à l'As d'Or Enfant à Cannes en 2016.

Celle-ci garde toute les qualités de l'originale : une règle simplissime, le plaisir de l'invention et de la narration pour un jeu qui s'enrichit de partie en partie.

Mais il corrige également les défauts de la première édition :

- La boîte est plus claire : couleur crème et le nom du jeu est bien "Le jeu aux mille titres".

- Le sous-titre "Des milliers de souvenirs à inventer" définit mieux le type de jeu.

- Chaque couverture est différente, mais son nom est placé dans un cartouche en bas de boîte, comme le titre d'un tableau dans un musée.
Le-peintre-au-balcon.jpg
 

Toujours pour permettre une meilleure identification du jeu, le bord de la boîte indique le titre du jeu et en dessous le nom de la boîte (ainsi que son numéro).

Le tout accompagné d'un portrait du personnage de couverture.

Bord_Jamt.jpg
 

 

Même effort de clarification au dos de la boîte :

- Règle plus courte et plus précise ! juste 9 petites lignes.

- Exemple plus clair et plus détaillée.

- Et surtout un fond crème qui met délicieusement en valeur l'ensemble !

Dos-Jamt.jpg
 

 

L'intérieur de la boîte reste le même, hormis la règle, plus courte et qui souligne l'aspect narratif du jeu.

En résumé

Le jeu aux mille titres - édition 2018

un nouvel écrin pour un classique en devenir.

2 à 6 joueurs à partir de 5 ans

Prix public conseillé : 35€

vendredi 30 mars 2018

The Game - Le Duel

The Game - le Duel

Le premier jeu d'affrontement où vous devez aider votre adversaire pour gagner.

Duel_face.jpg
 


2 joueurs à partir de 8 ans

Prix public conseillé : 12€

The Game est vraiment le plus pur des jeux de coopération : pas  de manager, pas de pression entre les joueurs, juste l'envie de gagner ensemble. Ceci explique sûrement son attrait.

Mais alors, pourquoi en faire un jeu d'affrontement pour deux joueurs ? Sûrement, déjà, grâce/à cause de son succès : il est tentant d'essayer de profiter d'un jeu qui marche.

Et aussi, surtout, parce que Steffen Benndorf a eu une idée géniale : chaque joueur a une pioche à épuiser, pour cela il a deux piles devant lui qu'il utilise comme dans The Game.

Mais, pour refaire sa main, un seul moyen : poser une carte sur une pile de son adversaire.

Et ATTENTION : une carte posée sur une pile adverse ne peut l'être que pour aider : c'est-à-dire pour faire reculer la pile (par exemple, sur une pile ascendante avec un 16 au sommet, on ne peut jouer qu'une carte comprise entre 2 et 15).

Duel_en_place.jpg
 

 

Et cela marche du tonnerre : un plaisir de jeu immense et une énorme rejouabilité.

Pour ce qui est de l'emballage, on reste dans la famille The Game, mais en Or et Argent.

Le texte du dos est punchy et donne, nous l'espérons, une bonne idée du jeu et de ce qu'il apporte de nouveau.

Duel_dos.jpg
 

Et toujours, sur le bord du fond de boîte, la règle résumée afin de retrouver tous les points importants quand on n'a pas joué depuis longtemps ou que l'on ne trouve plus la règle.

Duel_bords.jpg
 

 

Et enfin, une vidéo pour apprendre à y jouer en 2 minutes 30 :

mardi 17 octobre 2017

Take That

Take That

Ça place ou ça casse !

face-Take-that.jpg
 

 

Quand on a aimé 6 qui prendLobo 77 et The Game, on ne peut qu'adorer Take that!

De ses prédécesseurs, Take That garde la simplicité et l'efficacité.

Une rangée se forme au centre de la table, à son tour, un joueur doit choisir entre :

  • prolonger la rangée en jouant une carte distante au maximum de 10 de la précédente.
  • Récupérer une carte de la rangée en jouant sa carte "twistée", c'est-à-dire ayant ces 2 chiffres inversés (37 et 73 par exemple). Cela lui fait gagner 2 points
  • Ramasser la rangée et en commencer une nouvelle, mais chaque carte de la rangée lui fait perdre 1 points... ou 5 points pour une carte Crapaud !
Jeu_take_that.jpg
 

 

C'est tout, mais le plaisir est très vite là :

  • Être à deux doigts de ne plus pouvoir jouer et regarder quelqu'un d'autre ramasser une grosse rangée est très satisfaisant.
  • Twister à tout va et gagner des points, c'est agréable !

Et se prolonge dans le temps :

  • Comprendre que parfois il vaut mieux garder un twist en réserve et influencer plutôt la direction de la rangée (l'entraîner vers le bas, par exemple, si on a beaucoup de petites cartes en main) est ce genre de progression qui donne envie de rejouer.
  • Ramasser une petite rangée plutôt que d'aller vers une catastrophe est un sacrifice qui donne de la profondeur à votre gameplay.
  • Commencer à retenir les cartes jouées pour aller dans la bonne direction et éviter de jouer une carte "twistable" est le signe que l'on a beaucoup jouer à Take That!

De plus, Take That a un intérêt éducatif non négligeable : 

  • être capable de jouer une carte située entre -10 et +10 de la carte précédente est loin d'être trivial pour un enfant entre 6 et 9 ans. 
  • Faire ces calculs tout en continuant de considérer les nombres également comme juste la juxtaposition de chiffres demande une gymnastique intellectuelle intéressante et satisfaisante.

Le public concerné par Take That! est très large : de la famille ou personnes âgées, des collègues aux couples en passant par les enfants entre eux.

Son succès sera, nous l'espérons, à la hauteur de ses qualités.

Dos-Take-that.jpg
 


En résumé 

Take That
Un futur classique où l'on twiste en serrant les dents pour éviter de manger des crapauds.

de 2 à 4 joueurs à partir de 8 ans

Prix public conseillé : 12€

dimanche 15 octobre 2017

Jolly & Roger

voici l'édition Oya, 100% en français, d'un jeu que nous avons découvert l'année dernière à Essen.

[object Object]
 

 

Pendant cette année, nous avons eu le temps de jouer, d'y rejouer et surtout de le faire jouer des centaines de fois.

Jolly & Roger plaît sans coup férir. 

Facile d'accès, il permet de faire jouer les couples, les enfants dès 8 ans et, bien sûr, les plus joueurs.

Rythmé et original, il fait que les joueurs enchaînent les parties sans hésiter.

Tactique et stratégique, il entraîne, même les joueurs inexpérimentés, à évaluer de plus en plus les conséquences de leurs choix.

Riche de possibilités, on peut jouer longtemps à la règle de base avant d'ajouter les cartes Action (que nous utilisons rarement à Oya).

Voilà pourquoi nous avons décidé d'éditer la version française sur laquelle nous n'avons fait que 2 modifications :

  • la règle claire et raccourcie de 2 pages (sans, bien sûr, rien sacrifier en précision)
  • le dos de boîte est maintenant munis d'une photo du jeu en place qui permet de se faire une idée du matériel et du type de jeu.
dos-de-jolly-_-roger.jpg
 

enfin, pour ceux qui ne connaissent pas encore le jeu, voici ce que nous en disions l'année dernière :


Jolly et Roger est de la qualité d'un Cités perdues ou d'un César & Cléopatre : très simple à apprendre, agréable à jouer, il s'enrichit partie après partie.

de quoi s'agit-il ?

Deux pirates partent à l'assaut de 4 bateaux. Qui rapportera le plus gros butin ?

Durant la partie, chaque joueur place ses Pirates de son côté des bateaux. Quand il est le plus fort devant un bateau, il place un de ses capitaines dessus pour signifier qu'il peut passer à l'abordage.

jolly___roger_en_place.jpg
 

On gagne de l'or de 2 manières différentes :

  • durant la partie, si on a un capitaine sur un bateau, on peut décider d'envoyer un pirate à l'abordage : au lieu d'être placé devant le bateau, celui-ci va dans le coffre et rapporte un butin égale à sa valeur.
  • en fin de partie, chaque bateau est gagné par le joueur ayant un capitaine dessus.

Pour commencer un tour, l'Oya pioche 5 pirates qu'il expose devant lui et sépare en 2 lots : son adversaire en prend un, l'utilise, puis lui-même utilise le lot restant, puis l'Oya change.
 

D'où vient le plaisir du jeu ? des choix incessants à faire :

  • Diviser en 2 lots est cornélien : quel "cadeau" faire à son adversaire ? comment être sûr qu'il ne prendra pas le Pirate que l'on désire ?
  • Choisir un lot n'est pas plus facile et en voulant trop faire le malin, on risque de récupérer des cartes inutiles pour nous.
  • Pour chaque pirate, il faut aussi choisir entre : 
  1. le placer devant le bateau de sa couleur,
  2. le retourner face Perroquet (de valeur "1") pour le placer devant n'importe quel bateau
  3. l'envoyer à l'abordage si l'on possède un capitaine sur ce bateau.

Malgré cela, Jolly & Roger reste rythmé et léger. Ce qui en fait un excellent jeu à jouer en couple et à répétition.

Pour les plus joueurs, des cartes Action incluses peuvent être ajoutées, elles demandent de nouveaux choix et ajoutent un peu de chaos et de complexité au jeu.

 

Enfin, un dernier conseil : si vous aimez partager, si voulez jouer jusqu'à 5 joueurs et adorez les gâteaux, nous ne pouvons que vous conseiller chaudement Chantilly. L'Oya coupe le gâteau, chaque joueur en choisit une part, l'Oya prend la dernière... Comme un air de parenté.

chantilly_boite.jpg
 

En résumé 

Jolly & Roger
un combat de pirates où il faut savoir partager

pour 2 joueurs à partir de 8 ans

Prix public conseillé : 20€

mardi 12 septembre 2017

Ricochet Robots et Micro Robots 2017

Voici enfin la réédition de Ricochet Robots, en rupture depuis 6 mois, et de Micro Robots, son petit frère, en rupture depuis 6 jours !

Les_robots.png
 

 

Pour Ricochet Robots, le changement est surtout qualitatif : cartons plus épais, meilleure précision de l'attaché centrale et de la découpe des différentes plaques à assembler.

400g en plus et une augmentation de prix, hélas ! 

De plus, à la demande générale de nous-même, nous avons rajouté un exemple au dos de la boîte permettant de voir le matériel présent et d'expliquer le jeu juste en retournant la boîte !

Ricochet_dos.png
 

 

Pour Micro Robots, rien ne change dans la boîte; seul le dos de la boîte a été revu avec un exemple de partie en cours, pour les mêmes raisons que dans le paragraphe précédent.

Micro_dos.png
 

 

Pour ceux qui n'auraient pas eu la chance de jouer à ce classique d'Alex Randolph et à cette excellente variation de Andras Kuhnekath, voici les liens vers les descriptions que nous en donnions :  Ricochet Robots  et Micro Robots

en Résumé 

Ricochet Robots et Micro Robots
de retour dans une nouvelle livrée

de 1 joueur à plein de joueurs

Prix publics conseillés : 38 et 16 euros

jeudi 7 septembre 2017

Can't Stop - édition Oya

Voici, à la fois, la réédition attendue d'un classique et un nouvel ajout de choix dans la collection Oya

CS_top.png
 

 

Un peu d'histoire d'abord. Sid Sackson, l'auteur, qui nous a quitté il y a quinze ans, est l'un des deux pères fondateurs du jeu de société moderne avec Alex Randolph. Ensemble, en 1962, il commencèrent la collection 3M de jeux de société pour adultes. La collection qui donna envie aux amateurs allemands de jouer, qui provoqua la création du Spiel des Jahres en 1977, et ainsi de tant de jeux qui donnèrent envie aux amateurs français de jouer... et de créer. 

CS_auteur.jpg
 


Parmi ses centaines de créations, Can't Stop est l'un de ses classiques. D'abord édité en tant que jeu abstrait en 1980, il fut repris 10 ans plus tard par Franz-Josef Herbst (l'homme-éditeur Franjos) avec un thème d'escalade qui lui convenait parfaitement. Thème repris dans l'édition Asmodée en sac de 2006.

L'édition Franjos était 'artisanale' mais au fur et à mesure que Franjos s'est professionnalisé, la qualité de l'édition a progressé.

CS_histoire.jpg
 

 

Aujourd'hui, l'édition Oya correspond à la 3ème édition Franjos; de loin la plus réussie :

- L'illustration de couverture fait passer les informations importantes sur le jeu. C'est un jeu de dés, un jeu de prise de risque qui s'adresse autant aux adultes qu'aux familles,jouable en couple

- Le dos de boîte donne le thème, montre le matériel tout en bois (les pions sont devenus des alpinistes) et décrit suffisamment la mécanique pour qu'une personne puisse expliquer le jeu juste en retournant la boîte.

CS_bottom.png
 

 

Le bord de dos de boîte ©Oya fournit un résumé des points de règle importants. Important pour faire des "piqûres de rappel" à ceux qui ont oublié la règle ou qui l'ont perdue.

CS_bord.jpg
 


La règle ©Oya ne fait qu'une page et peut être collée dans le fond du couvercle. Elle est courte, précise et complète.

Enfin, pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Can't Stop : lisez d'abord le dos de la boîte ! Puis essayez d'y jouer, vous serez certainement conquis.

En résumé 

Can't Stop
LE jeu de 'stop ou encore' de Sid Sackson

de 2 à 4 joueurs à partir 8 ans

Prix public conseillé : 29 euros

Haut de page